​Citoyenneté économique, une histoire de gros sous sans effort

Ce qu’a révélé l’enquête.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Une loi promulguée par Sambi alors qu’elle n’a pas été votée.

Sous la présidence de A.A.M. Sambi, seulement 17000 passeports édités à un peu plus de 3000 euros l’unité soit plus de 62 millions d’euros.

Le plus gros de l’émission des passeports a eu lieu sous le président Ikililou Dhoinine.

Le gouvernement Azali n’a pas  arrêté l’émission des passeports malgré l’ouverture d’une enquête parlementaire sur la question de la citoyenneté économique.

Le vice-président Djaanfar a récemment reconnu avoir reçu des demandes de nouveaux passeports et les fichiers Semlex  communiqués à la commission montrent qu’il y a eu émission de passeports autres que les renouvellements.

Bachar Kiwan s’est déclaré disposé à répondre aux questions de la commission mais cela risque de ne pas se faire puisqu’il est assigné à résidence au Koweit et la commission d’enquête ne dispose pas de moyens financiers pour aller recueillir son témoignage.
L’audition du chef de l’État n’etait rien d’autre que de la poudre aux yeux. Il a éludé les questions sur l’édition de nouveaux passeports depuis l’ouverture de l’enquête, il ne serait pas au courant mais refuse que l’enquête soit menée jusqu’à Abu Dhabi.

Est ce par peur de mettre en péril les relations entre les deux pays après l’épisode Qatar?

Et que dire du renouvellement du contrat avec Semlex alors que les preuves de l’édition de passeports diplomatiques hors des Comores sont là ? 

Toujours par rapport à Semlex, la convocation adressé au Directeur (Le belge) est restée lettre morte. Tout semble démontrer qu’il ne se présentera pas pour répondre aux questions de la commission.

Et où passent les 40 euros de plus perçus par l’ambassade des Comores à Abu Dhabi pour chaque renouvellement de passeport qui ne sont versés nulle part? 

Mais à ces questions, le chef de l’Etat a répondu que cela ne regardait pas la commission d’enquête.
L’enquête sur la citoyenneté économique c’est de l’enfumage et l’audition du chef de l’État, une simple représentation théâtrale pour amuser la galerie. Personne ne signera la mort de la poule aux oeufs d’or.

Quand à la commission d’enquête, elle a jusqu’au 13 décembre pour rendre son rapport et présenter ses conclusions et recommandations. 

Ce qui se profile à l’horizon c’est une demande d’annulation pure et simple de la citoyenneté économique et l’annulation de tous les passeports émis à ce jour.  C’est à dire remettre les compteurs à zéro pour assainir le dossier.

Mais est ce que ce sera suivi par des faits? pas sur. 
Le sujet est très sensible, la vente des passeports rapporte beaucoup d’argent sans effort. Que cela puisse nuire à l’identité comorienne c’est le cadet des soucis de nos dirigeants, du moins jusqu’à ce qu’on aille droit au mûr.

Pour ceux qui craignent que le président Azali puisse se servir de ce dossier pour régler ses comptes avec Sambi, aucun risque. Il est impossible de le faire sans se mettre lui même dans l’embarras.

Autrement dit la montagne accouchera d’une petite souris…

Hayba fm 

1 commentaire sur ​Citoyenneté économique, une histoire de gros sous sans effort

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*