​Cour  constitutionnelle  :  Ces autorités  qui  œuvrent  pour sa  disparition 

Après  avoir  gagné  la  bataille  de Hamramba  contre  JUWA    en faisant  invalidé  la  liste  de  ses trois  députés  désignés  par  le conseil  de  l’île  de  Ndzuani,  l’axe beit-salam-hamramba  s’attaque  à un  nouveau  chantier.  

Celui  de faire disparaître la cour constitutionnelle  du  moins  sous sa forme  actuelle.  En  effet  une semaine,  après  la  fin  des mandats  des  5  conseillers  à  la cour,  seuls  les  gouverneurs  de Ngazidja  et  Ndzuani  ont  désigné leurs  représentants  comme  le stipule l’article 37  de  la constitution  de  2009. 

Pendant  ce  temps,  le  Vice-président  Moustadrane  Abdou,  le président  de  l‘Assemblée  Abdou Ousseini,  et  le  Gouverneur  de Mohéli  Mohamed  Fazul    traînent les  pieds.    Selon  les  indiscrétions recueillis  ici  et  là,  cela  restera ainsi  en  attendant    la  révision  de la  constitution  qui  doit  avoir  lieu d’ici  2018. Des  faits  qui,  pourtant,    s’ils  se révélaient     exacts,  risqueraient de  mettre  en  danger  l’unité nationale  et  la  paix  sociale  dans l’ensemble  du  territoire.  Il  serait donc  temps  que  les  cadres  du pouvoir  en  place  dénoncent  cette mauvaise  orientation  engagé  par le  gouvernement. 
COMORES ESSENTIEL NUMÉRO 001 DU 19/06/2017

Chaharane Said Ali Fahaddine

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*