​Enseignement primaire: Des parents d’élèves réclament la tête du directeur de l’EPP IFERE

Des parents d’élèves accablent le directeur de l’école primaire publique de IFERE de leur imposer d’effectuer l’achat des fournitures scolaires au sein de l’établissement sinon leurs enfants n’auront pas accès aux cours, d’après ces manifestantes. Des accusations balayés par le concerné. 

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Une poignée de parents d’élèves composée uniquement de femmes a manifesté jeudi dernier à Moroni. Avec beaucoup d’entre elles, des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Rilemewa. Nalawe (On en a marre. Dehors ». Le directeur de l’école primaire publique IFERE aurait imposé aux parents de n’acheter les fournitures que celles en vente au sein de l’école. « C’est une aide de l’exécutif de Ngazidja. Il en a fait un magasin pour nous déplumer », pestent contre le directeur, les parents. « Il nous a averti que l’élève qui n’aura pas acheté ses cahiers avec lui, il ne va pas accéder aux cours », poursuivent-elles à accabler le directeur Issa Ben Moussa. Mais aussi, ces parents se plaignent-elles qu’enfants et enseignants soient maltraités par ledit directeur de l’établissement. 

A les croire, des enfants subissent des châtiments corporels en guise de punition imposée par le directeur. « Nous voulons aussi que l’école change de politique ». Elles disent aussi que la fourniture en vente au sein de l’établissement coute « 5250Fc pour seulement un cahier et un stylo ». Des accusations que balaie le directeur Issa Ben Said : « C’est du pur montage, de la pure manipulation d’un groupe d’enseignants qui préfèrent inciter certains parents à la révolte ». Il explique que la vente de la fourniture est une décision prise en commun accord avec le conseil d’école « pour aider les parents à pouvoir trouver facilement et moins cher l’ensemble des fournitures scolaires des enfants ». Selon lui, pour les élèves de CP1, la fourniture composée de 3 cahiers, 1 boite de crayons de couleur…s’obtient à 1650Fc, 1750Fc pour CE et 2300fc pour CM. A la question de savoir si c’était vrai il a imposé les parents de n’acheter les fournitures qu’au sein de l’établissement, M.Issa dit que « c’est un mensonge ». « On peut acheter ailleurs », a-t-il affirmé. Il explique le fait qu’un groupuscule d’enseignants se soit monté contre lui par les nouvelles mesures disciplinaires qu’il aurait engagé au sein de l’école dont jadis, à l’en croire, il y avait un laxisme installé par son prédécesseur. La contribution de 1000Fc imposée aux parents pour la construction d’une clôture fait aussi polémique. Des parents ne comprennent pas que dans une école publique ils soient obligés « par le directeur » de mettre la main dans la poche pour des travaux dont le financement doit être assurés par le commissariat à l’éducation. Dans ce cas précis, le directeur de l’enseignement primaire de Ngazidja est en tout cas de leur avis : « le directeur a le droit de proposer une idée. Mais il n’a pas le droit d’imposer. C’est un établissement public », a tranché Ali Abdou Soimad. Tandis que le directeur de l’EPP, lui, ne se voit pas revenir sur sa décision (prise en conseil d’école). Il estime que son établissement est autonome et que lui, il représente l’Etat. Donc « cette contribution est un devoir, une obligation, une entraide », persiste et signe Issa Ben Moussa 

Toufé Maecha

2 commentaires sur ​Enseignement primaire: Des parents d’élèves réclament la tête du directeur de l’EPP IFERE

  1. il faut lui accordé le bénéfice du doute et laisser la justice faire son travaille et je vous rappel Monsieur le directeur que imposer son idée est perçu comme un acte de dictature , donc le mieux pour tout le monde est de mener une discussion pour que chacune des deux parties ne se sentent lésés.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*