​Epidémie à Madagascar: Comores, le contrôle aux frontières…contrôlé 

Pour prévenir la dissémination de l’épidémie de la peste dans le territoire comorien, une équipe médicale conduite par le Docteur Arifachad SALIM se trouve déjà à l’aéroport international Moroni Prince Said Ibrahim, depuis le week-end dernier pour renforcer les mesures de surveillance et de contrôle. Oui, la lumière de vigilance reste allumée dans la region Océan Indien.

Très tôt, ce matin, aux environs de 7 heures, la Ministre de la Santé de l’Union des Comores et le tout nouveau Représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé, respectivement Dr. RASHID MOHAMED MBARAK Fatma et Dr. Coulibaly Tiekoura, ont été à l’Aéroport pour constater le dispositif déjà en place.
« Toutes les mesures prises ont été mises en œuvre pour détecter les voyageurs suspects, et sur les vols déjà contrôlés nous n’avons enregistré aucun cas de peste », a déclaré le médecin Chef Dr. Arifachad.
Selon Dr. RASHID MOHAMED MBARAK Fatma, « les formations des professionnels de l’aéroport et la traduction du protocole de prise en charge en cas de signalisation vont débuter demain, mardi  10 octobre », a indiqué Madame la Ministre.
La Secrétaire Générale du Ministère de la Santé a constaté sur place les « Fiches de synthèse journalière » sur lesquels figurent tous les renseignements des vols et des passagers en provenance de la Grande île. « L’équipe médicale que nous avons envoyé a la chance de collaborer avec les responsables de l’aéroport qui, comme eux, ont vécu l’expérience de la gestion du Virus Ebola. Nous sommes rassuré sur ce point », s’est félicité Madame Moinour Said Ahmed Said Hassani.

Le Directeur Général de la Santé a remercié à son tour tous les agents de l’AIMPSI qui ont manifesté dès le début un bon esprit d’équipe et de patriotisme. A ce propos, Karim Abdoulwahab, chargé de la Communication à l’Aéroport, a réitéré la disponibilité de la Direction de l’AIMPSI dans cette lutte commune contre l’épidémie de la peste. 
Le Ministère de la santé 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*