​Labaraka FM : un précédent dangereux  

En  février dernier, le préfet de la région d’Itsandra a ordonné la fermeture de la station radio Labarka FM  en dehors du cadre légal.
En prenant cette décision, ce préfet a clairement outrepassé ses prérogatives et violé, de manière flagrante, le code de l’Information en vigueur en Union des Comores.

Au regard de cette loi, la seule ’autorité administrative habilitée à retirer son autorisation d’émettre à une radio  est celle-là même qui la délivre à savoir le Conseil National de la Presse et de l’Audiovisuel ( CNPA). 

Une «interdiction d’émettre» émanant d’un préfet est un précédent non seulement arbitraire mais dangereux pour le secteur des médias et la démocratie.

Il est enfin préoccupant de devoir constater que, dans ce domaine des médias, des responsables de l’Exécutif aient autant de mal à intégrer la nécessité de se conformer à la loi dans le double souci de l’exemplarité que les citoyens attendent d’eux d’une part et de la promotion de l’Etat de droit d’autre part.

AMj

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*