​L’abus de médicaments traditionnel est dangereux, 8 personnes décédées à El-Maarouf 

Cette année,  seulement à El Maarouf, 8 patients sont décédés, suite à l’abus de médicaments traditionnels. Nous le savons, tout abus est dangereux, même de bonne nourriture. Pour les médicaments pharmaceutiques, le citoyen lambda croit pouvoir se guider à partir des notices et des  textes disponibles sur internet et ailleurs. Il aura toujours tort de ne pas consulter le spécialiste. Les conséquences peuvent être graves et même fatales.

L’usage de médicaments traditionnels est le fruit de siècles d’expérience  transmises de  guérisseur à guérisseur. Les connaissances sont réservées à un cercle très limité. En d’autres termes,  ces connaissances sont très peu partagées, le patient connait encore moins sur les plantes que sur les médicaments manufacturés.  Les effets secondaires des plantes medicinales et autres médicaments traditionnels ne sont pas connus de nos guérisseurs en tout cas ne sont répertoriés nulle part .
Paradoxalement avec la vague bio et des médecines douces dans les pays développés,  la médecine traditionnelle et l’auto médication de plantes médecinales sont en vogue dans nos pays. Des guérisseurs nationaux et étrangers ont un statut de vedettes  et prétendent guérir tout, du chagrin d’amour au cancer du cerveau, en passant par les maux de dent et la dépression. Alors que précédemment le Fundi passait une grande partie de sa vie en apprentissage et ne devenait « maître » que vers la quarantaine, chacun s’improvise guérisseur. Les files d’attente rappellent celles des principaux candidats aux présidentielles  pendant les campagnes.

Un  patient est décédé récemment de plusieurs complications : les 2 reins ne fonctionnaient plus, aucune goutte d’urine ne sortait, l’ intestin était nécrosé et a du être amputé d’1,30m.  Le patient était comateux à son admission à l hôpital.

L’état et les médias vont ils, peuvent ils, relayer les cris d’alarme des médecins ? Ces derniers vont ils s’organiser et  coopérer au niveau national pour échanger et collecter les données nécessaires pour construire un argumentaire solide face à l’état ? Les campagnes de l état  pour la  prévention  des maladies  depend beaucoup du financement et de l agenda des organisations internationales. Or pour lutter contre certains comportements qui favorisent des pathologies graves, il faut un agenda adapté étroitement au pays. La sensibilisation sur le bon usage des plantes médicinales s’impose.

Said Mchagama 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*