​L’augmentation des prix des produits de premières nécessités est perceptible dans la vie quotidienne des citoyens

L’on s’en souvient qu’au lendemain de sa prise de fonction , le président de la république a fait procéder  dans l’urgence une baisse significative de certains produits, baisse qui fût accueillie avec youyous par la population, mais cette baisse est intervenue sans concertation, ou tout au moins , à la dernière minuite. 
Bien que baisser le prix était fort souhaitable , les auteurs de cette baisse ont manqués de discernement , dans la mesure ou les préalables nécessaires à un réexamen des mécanismes d’une économie n’ont pas été respectés, il s’agit en l’occurrence d’une réelle concertation entre les partenaires sociaux et un diagnostic fiable de l’etat financier du pays , bref un pragmatisme était nécessaire. 

C’est l’incompréhension, les mesures de baisse prises ont eues l’effet inverse ; car dans la foulée le gouvernement a entrepris une augmentation sensible des taxes douanières, à cela s’ajoute une pression fiscale sans précédent , l’objectif est de parvenir à un doublement des recettes de l’Etat pour arriver au fantasme budgétaire de 80 milliards ; un cas unique dans l’histoire des finances publiques,  tout rêve n’est pas réalisable. 

En l’état actuel des choses , aux  forceps, le gouvernement tente vainement d’atteindre l’objectif fixé,  à présent ; à mi parcours de l’année budgétaire , on est pas parvenu à collecter ne serait ce qu’ un tiers des entrées prévues .

Résultat , la baisse faite au début du mandat relève de l’euphorie de la gagne électorale que d’une approche pragmatique de dirigeants avertis. 

Les dedouanements se font rares , ayant comme conséquences , la rareté de certains produits,  qui dit rare;  dit chère.

Il serait plus raisonnable de procéder à un budget rectificatif revu à la baisse , ce qui serait plus responsable , au lieu de s’obstiner dans les papiers à vouloir atteindre par orgueil l’inatteignable, continuer à persister dans cette voie freine l’économie et affaiblit l’investissement et ferme la  progression du marché de l’emploi , annile toutes perspectives d’embauche pour les jeunes surtout .

Daoud Halifa

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*