​Le paysage politique profondément remanié

Que vont devenir les chefs dont les partis politiques appelés à disparaître dès ce mardi 10 janvier 2017. Il n’y aura plus que six partis politiques aux Comores.
La loi du 21 novembre 2013 portant organisation et fonctionnement des formations politiques est entérinée. 
Le mouvement Apsi de l’ancien président de l’île de Ngazidja, Mohamed Abdouloihabi, n’exitera plus. Tout comme le parti Chuma de Said Ali Kemal ou encore le Ridja de Saïd Larifou.

Tous ces hommes que les comoriens ont l’habitude de voir au devant de la scène sont contraints à quitter la politique ou se ranger derrière les six formations autorisées à exister. 
Cette réorganisation des partis politiques permettra à l’opposition de mieux se structurer et de jouer son rôle de contre-pouvoir. Et de contribuer au développement.

Abdoul Youssouf

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*