​Les assises de la coopération décentralisée prônée par Jude ont lamentablement échoué

Elles traduisaient une stratégie politique inacceptable, elles comportaient trop d’arrière-pensées. Mais à quelque chose malheur est bon dit le proverbe. A défaut d’assises se sont tenus des ateliers techniques entre des collectivités territoriales françaises et comoriennes. Voilà la voie. De la coopération directe entre collectivités sans passer par les structures des Etats qui, inévitablement dérivent vers le politicien.
La mairie de la Possession, la communauté urbaine de Dunkerque, la commune de la Courneuve et les 54 mairies des « trois îles autonomes de l’Union des Comores » (formule judicieuse utilisée lors de ces rencontres) ont échangé dans une atmosphère sympathique pour promouvoir et développer leur coopération. 

Mieux des perspectives de coopération émergèrent entre La Possession, Ouani et Mamoudzou.
L’idée d’organiser, dans la même veine, sans intervention quelconque des Etats comoriens et français, des ateliers techniques entre les collectivités territoriales de l’Archipel des Comores ferait son chemin et ouvrirait la voie à une coopération franche entre les habitants de l’Archipel au bénéfice de leur lieu de vie. Voilà la voie féconde à suivre.
Idriss

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*