​Les attentes des assises

Opinion libre:  

Ce qu’on pourrait attendre des assies , c’est sont ces questions, comme , pourquoi les Comores ont reculé alors que d’autres pays ont fait des pas de 200 ans , la Chine qui est devenue aujourd’hui notre principale bienfaisante était presque à notre niveau il y a quarante ans , Maurice pour ne pas trop s’éloigner, un pays moins loti naturellement que nous a fait  le même pas que la Chine , alors que nous étions en avance d’eux , et que dire de Mahe. 

Les raisons sont multiples, on va s’y arrêter sur quelques unes parmis elles .

On peut d’emblée affirmer que les Comores est un pays à répétition d’accidents, car ceux ayant passés leur vies à se battre pour le dirriger ne sont jamais parvenus au but et pourtant , avaient des projets politiques, peut-être discutables idéologiquement, mais projet y avait , allusion est faite ici à nos aînés qui se sont battus pour notre liberté .

L’accession unilatérale à l’indépendance peut également trouver une explication, mais moindre , car nous disposions d’une élite acceptable pour faire tourner le pays ,mais hélas exclue, pour non collaboration avec les différents régimes, ils avaient raison par l’absence de projet politique progressiste .

Le régime du président Abdallah avait comme fondement 《 le fils de 》s’en est suivi de  celui de Djohar avec l’expression 《 équilibre des îles 》et c’est là où l’administration va être inondée par des minables, promus pour êtres issus simplement de telles îles , ce phénomène s’accentue jusqu’à nos jours , la tournante veut que l’île échue emploie tous ses minables en dépit de la présence d’intellectuels en son sein , exclus là aussi pour non docilité à l’égard des régimes. 

Ces accidents politiques à répétition ont eu comme conséquence l’apparition des présidents inattendus, Djohar , Azali , Sambi , Ikillilou , des gens qui n’ont jamais rêvés à tel sommet .

À vrai dire , les assises devraient êtres l’occasion de rectifier toute cette médiocrité .

Daoud Halifa 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*