​Les Comoriens sur Mayotte sont des migrants selon le sénateur Hassani Abdallah

A la présidence de la République, une délégation française pour la 6e commission mixte franco-comorienne a été reçue à Beit Salam. Parmi eux, le sénateur de Mayotte Hassani Abdallah qui a affirmé devant les médias que les Comoriens établis sur l’île de Mayotte étaient des migrants.
La délégation française pour la VIe commission mixte franco-comorienne, qui se tenait à Moroni du vendredi 15 au samedi 16 décembre, a été reçue hier par le chef de l’Etat. 
Parmi les membres de la délégation, l’ambassadrice de France et le sénateur de Mayotte, Hassani Abdallah.
 Lorsqu’un journaliste a demandé à l’élu mahorais s’il considérait que les Comoriens sur l’île de Mayotte étaient des migrants, clandestins pour la plupart, Hassani Abbdallah a répondu, visiblement hésitant: « Bah oui ».
 Il ajoute : « Nous, ce qui nous fait mal, c’est quand on voit nos frères et sœurs (des trois autres îles) qui arrivent et qui vivent dans des conditions lamentables. Ça nous fait mal ». Il avouera au passage que sur l’île comorienne sous administration française, « beaucoup de jeunes comoriens sont des cadres qui créent des richesses ».
Pour les hauts cadres qui vivent à Mayotte dans des conditions convenables, le sénateur donne son point de vue : « Ce ne sont pas des immigrés parce qu’ils ont la nationalité française, donc binationaux. Ils ne pouvaient pas travailler (à Mayotte) s’ils n’avaient pas la nationalité française…Le problème ce sont ceux qui n’ont pas la nationalité française et qui vivent dans des conditions très difficiles ».
 Au sortir de cette entrevue avec le chef de l’Etat, qui a duré une trentaine de minutes, le ministre des affaires étrangères, present également a montré que « le plus important c’est de recadrer la coopération ». A l’entendre, depuis la dernière commission mixte qui s’est tenue à Paris en 2005, les négociations sont restées lettre morte avec les péripéties politiques que le pays a connues.  
Autre point important abordé par le chef de la diplomatie, la présence des élus mahorais dans la commission, laquelle présence a provoqué un tollé.
 « Je sais qu’il y a eu beaucoup de tollés mais pour nous, c’est la bonne approche. On ne pouvait pas discuter par rapport à une question donnée sans les intéressés », tente-t-il de se justifier, évoquant en guise d’exemple le cas de la Palestine, où le Fatah et le Hamas sont parvenus à un accord de réconciliation en octobre dernier, après des décennies de tensions. 

« Les acteurs (de paix) se rendent compte aujourd’hui qu’ils ont perdu beaucoup de temps ». 
Le chef de la diplomatie estime que les Comores ne peuvent pas être en reste par rapport aux changements qui s’opèrent dans le monde sur le plan géopolitique et ce,  « pour les intérêts de nos deux Etats, la France et les Comores ». 
«  En France, il y a une nouvelle dynamique depuis l’arrivée de l’équipe En Marche au pouvoir. Nous aussi, c’est la même chose : l’émergence 2030, la SCA2D (stratégie de développement accéléré et de développement durable), le programme d’investissement quinquennal (évalué à 470 Mds de nos francs)…Il fallait prendre en compte toutes ces dimensions par rapport à la nouvelle orientation de notre coopération ».

Le sénateur maorais, Hassani Abdallah dira par la suite que l’entrevue avec le chef de l’Etat a été « conviviale ». 
Toufé Maecha, LGDC

3 commentaires sur ​Les Comoriens sur Mayotte sont des migrants selon le sénateur Hassani Abdallah

  1. Confondre la géographie et l’histoire avec la politique politicienne relève de l’inculture et de l’incompétence intellectuelles . Pour beaucoup de Mahorais ,ils sont plus français que Vercingétorix et CLOVIS ; pour eux être africain en général et Comorien en particulier sont un affront et une honte insupportable .

    • Être africain est une fierté pour nous les mahorais. Mais être comorien est une insulte pour nous pour des raisons politiques. C’est tous et ne cherche pas loin tous simplement on ne partage pas les même s valeurs que vous. Par contre va dire à un comorien qu’il est africain, il ne sera pas content. C’est le cas des traitre comorien possédant la nationalité française ceux qu’on appelle les binationaux. C’est eux la honte du comore

Répondre à Netan Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*