​Les six partis illégitimes des Comores

On dit qu’un enfant est illégitime, s’il est issu d’un couple dont le père est inconnu du public ou ignoré parce que inapte à donner son nom à une progéniture. On parle alors d’enfant adultérin, en shikomori, mwanaharamu. C’est peut-être le cas des six partis autorisés à exister aux Comores, pour le moment.                                                              

Ces six sectes légitimées à coups de lois ont quelque chose en commun: elles ne sont pas créées pour le pays qu’elles sont censées servir. Elles sont mises en place pour  porter leurs gourous au pouvoir. Si elles se considèrent partis politiques, ce sont donc des partis illégitimes dans le sens où leurs démarches ne servent pas à un projet ou  à un idéal pour le pays, leur seule ambition étant de se mettre au service de l’homme à l’origine de leur création, un seigneur.                                                                   

Par conséquent, l’existence de ce genre d’organisation dépend de la vitalité du bénéficiaire et sa décadence est intimement liée à la déchéance du chef une fois assouvi de sa soif de grandeur ou mis à terre par sa folie de règne.                                                                       

C’est ainsi que:                                                     La CRC a été créée lorsque Azali était au pouvoir par un coup d’Etat militaire alors qu’il était CEM et qu’il fallait un mouvement politique pour le maintenir au pouvoir. Ce n’est pas pour le pays, c’est pour Azali.                                                                                   

Le JUWA a été créé pour remettre  au pouvoir lorsqu’il avait fini son mandat et qu’il voulait redevenir président. Ce n’est pas pour le pays, c’est pour Sambi.                        

L’UPDC a été créée pour faire durer le pouvoir d’Ikililou après avoir refusé de servir de chasse gardée de Sambi et qu’il fallait placer Mamadou à la présidence. Ce n’est pas pour le pays, c’est pour Mamadou .                                                                     L’Orange a été créé lorsque Kiki était à l’empire douanier et qu’il voulait s’en servir pour accéder au pouvoir à coût de billets de banque. Ce n’est pas pour le pays, c’est pour Kiki.                                                                    

Le RDC a été créé lorsque Mouigni Baraka porté au pouvoir par Orange se voyait légitime d’être leader pour accéder, ainsi,à Beit Salam. Ce n’est pas pour le pays, c’est pour Mouigni Baraka.                                             

Le RADHI a été créé lorsque la CRC voulait faire revenir Azali au pouvoir et que Msaidié qui dirigeait les disciples voulait se porter candidat. Ce n’est pas pour le pays, c’est pour Msaidié.                             

Puisqu’il paraît que ce qui se ressemble s’assemble, tous ces partis illégitimes ( wanaharamu) se sont arrangés pour s’arroger la légitimité temporaire et exclusive d’exister. Ce « sauve qui peut » est aussi une prise de conscience sur le sursaut possible et redouté des mouvements fondés sur des principes, dotés d’un idéal et porteurs de projets de société pour le pays, prompts à s’engager pour la nation et non pour un messie sans idéal.

Dini Nassur 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*