​Mahmoud Waadane allume le président Azali Assoumani dans un meeting

Mahmoud Waadane a organisé ce matin un meeting pour dénoncer les agissements du président Azali Assoumani. Ce dernier n’aurait aucun respect des textes en vigueur puisqu’il viole souvent la loi sur les passations de marché, la décision de la cour constitutionnelle concernant la commission anticorruption et la législation du travail en limogeant à tout va. Youssouf Attoumani, représentant le mouvement des jeunes avertis pour dénoncer les injustices sociales, « le gouvernement d’Azali est un gouvernement de parti et non d’État. La vie aux Comores ressemble à une prise d’otage. On assiste à des licenciements sans fondements ni issues, à l’accroissement de la pauvreté dans les foyers et le pire, ce sont les jeunes les plus lésés. Ce pays est certes petit géographiquement, mais avec une bonne gestion, tout le monde serait mieux loti. Les autorités bricolent sans aucune planification, comme si on gère un commerce familial. Les diplômés ont déjà l’âge d’aller en retraite alors qu’ils n’ont jamais travaillé. C’est un appauvrissement rapide et durable qui sera occasionné par le licenciement de ces quelques 5 300 jeunes. Décidément, on est en face d’un gouvernement népotique ». 

Pour Mahmou Waadane, ancien candidat aux élections présidentielles, Azali Assoumani obtient toujours le pouvoir par défaut. En 1999, c’est à la faveur d’un coup d’état, en 2002, il a gagné une élection sans concurrents et dont il a fallu recourir aux services de magistrats étrangers pour valider les résultats et 2016, il a obtenu 41% dont les 25% sont du parti Juwa. Il gouverne donc avec moins de 50% des votes. C’est une première dans le monde ». Pour eux, le bilan d’Azali est sensiblement identique à celui de ces prédécesseurs en ce qui concerne l’énergie et pourtant ces derniers ne fanfaronnaient pas. « Le gouvernement d’Azali 1 a amené des moteurs, celui de Sambi idem, Ikililou et revoilà Azali avec les mêmes moteurs. Ça signifie qu’en 17 ans, on est toujours sur les moteurs. Le changement c’est maintenant ? ». 

Pour couronner la chance du président, Waadane estime qu’il s’agit d’un foutage de gueule lorsqu’on parle de jeunes recrutés pour des raisons électorales.

« Taki ne voulait absolument pas voir Azali en chef d’état major parce qu’il n’inspirait pas confiance. Il a fallu plusieurs interventions des notables pour que Taki le nomme. Il a clairement fait savoir aux notables qu’il le faisait pour eux uniquement ».

2 commentaires sur ​Mahmoud Waadane allume le président Azali Assoumani dans un meeting

  1. Un pays ne se développe pas avec des discours creux. M. Wadaan, nous ne connaissons pas votre programme de redressement du pays encore moins de l’autonomie énergétique. Vous évoquez juste des anecdotes et alliance de vote. En quoi ces propos apportent aux changements que les Comores attendent depuis jusqu’aujourd’hui?
    Le temps des allégories passent la main au temps de propositions mures et réfléchies. Vous évoquez la mauvaise gestion qui gangrènent ces minuscules îles depuis 1975 à nos jours, mais vous feignez de dire les causes et en dégagez des pistes salutaires. Je me demande ce qui vous différencie des autres? Si ce n’est la palabre de mise à la marge politicienne…

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*