​Mr Saïd hilali, la justice n’est autre qu’un idéal à atteindre

« Ce qui est juste est quelque chose d’égalité ». Cependant,dans une société où les injustices sont monnaies courantes nous ne pourrons jamais parler d’égalité devant la justice.Mais, dans quelle mesure la justice comorienne est-elle inégalitaire ?
D’abord, elle toujours au service des puissants. Ensuite, elle est aussi un instrument au service du pouvoir.
Tout d’abord, les philosophes de Socrate en passant par Platon et arrivé à Kant et Rawls, la justice selon eux,est le but de toute politique dans la mesure où elle vise à établir une égalité véritable entre les citoyens.En fait, cette justice ne doit pas tenir compte ni de la situation sociale de la personnalité des individus. Il s’agit du sens Ralwsien du terme.

En d’autres termes, les juges ne doivent pas connaître la position originelle des citoyens. C’est à dire, aucun citoyen ne doit pas être connu d’avance par les juges. Car, en connaissant, la position sociale de l’individu, celle ci influencera sa décision.car, les gouvernements échappent toujours à la condamnation. C’est ainsi que plusieurs autorités de l’État notamment  Azali Assoumani échappe aux tribunaux.

Vous avez évoqué la moralité de la justice. Certes, la justice à un côté morale. Mais, ce côté devra être au sens kantienne du terme. Cette morale de justice devrait être catégorique. Un but ou une fin ne doit se cacher derrière la décision des juges. Car, si la décision des juges a pour but de nuire et non pas de rendre justice, Sambi en effet, devrait craindre cette commission parlementaire. Celle ci est utilisée au service du pouvoir. D’autant plus que le projet des assises consiste à modifier la constitution afin que le dictateur puisse s’éterniser au pouvoir.
À partir du moment où le but recherché est de nuire son adversaire politique qui n’est autre que Sambi, il n’y a pas de morale ni d’équité. Car, la morale doit être pure et dépourvue de tout intérêt. Or, tout le Monde s’accorde à dire que le dictateur  n’a qu’une obsession, c’est de liquider son opposant populaire. Il faut souligner qu’azali lui même a ruiné la nation. Même un diplomate français a témoigné que le dictateur dispose d’une somme d’argent allant jusqu’à 40 millions d’euros. Et pourtant, aucune enquête préliminaire ne soit diligentée contre lui.
En définitive, Sambi a tout intérêt à craindre la foudre d’une justice instrumentalisée. D’autant plus qu’à partir du moment où la justice est injuste, inégalitaire et au service d’un dictateur (Azali) personne n’en fera confiance.
Mmadi imani.

1 commentaire sur ​Mr Saïd hilali, la justice n’est autre qu’un idéal à atteindre

  1. Un langage de « Précieuse Ridicule » … Et si hypocrite pour le courtisan d’une Forfaiture, celle du Burkina Faso, l’exemple même de la justice politique et d’exception!
    Il est vrai qu’il faut bien vivre … Ce qui explique l’opportunisme abjecte de ce personnage sans honneur et sans morale!
    Dieu merci il ne représente que lui : du vent !

Répondre à De Vincourt Charles Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*