100 jours après son élection, un bilan contrasté pour Azali Assoumani

Le président des Comores Azali Assoumani arrive ce samedi 3 septembre au terme des 100 premiers jours de son mandat. Il avait déjà dirigé le pays de 2002 à 2006. Retrouver les plus hautes responsabilités de l’Etat ne nécessitait donc pas d’acclimatation pour lui. Quel premier bilan peut-on dresser de ce début de mandat ?

Investi à son poste de chef d’Etat le 26 mai dernier, Azali Assoumani se veut moderne. Parmi les nouveaux directeurs généraux des sociétés d’Etat, il n’hésite pas à nommer un Comorien d’origine française et un membre de la diaspora.

Le credo du président Azali est de mettre en avant les compétences pour faire avancer le pays. Mais cela ne rattrape pas le manque de femmes au gouvernement, une seule sur quatorze ministres et secrétaires d’Etat.

Augmentations pour les ministres

La polémique la plus vive de ces cent premiers jours reste les augmentations de salaires et avantages des ministres, même si, en réorganisant les services, augmenter ici et diminuer là permet de réaliser une légère économie, défend le gouvernement.

Le président s’est par ailleurs immédiatement attelé aux chantiers importants de son quinquennat, comme celui de la vie chère, avec la baisse des prix du carburant et des produits carnés. Une mesure imposée subitement aux commerçants importateurs, mais point phare de ses promesses de campagne.

Même chose pour l’énergie, secteur dans lequel il a investi 10 millions d’euros avec une société émiratie pour des groupes électrogènes. A ce sujet, le palais présidentiel précise qu’une solution durable vers les énergies renouvelables reste à l’étude.

Rfi

2 commentaires sur 100 jours après son élection, un bilan contrasté pour Azali Assoumani

  1. Que peut-on faire en 100 jours de pouvoir Dans un pays où la pratique conflictuelle reset la seule motorisation de développement? Où par tradition la notabilité remplace l’executif? Où les médias ne font pas la différence entre patriotisme et liberté? Il en faut du temps,du courage et beaucoup de soutien populaire. Bon courage!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*