14 Comoriens vont être expulsés dans leur pays pour pêche illégale dans les eaux des Seychelles

wpid-screenshot_2015-12-30-18-00-32-1.png

Deux nouveaux patrons de bateau des Comores ont été mis en examen hier pour pêche illégale dans une zone protégée des Seychelles, archipel de l’Océan Indien.

Ils ont été arrêtés par les gardes-côtes seychellois à la fin du mois de novembre près d’Aldabra, une réserve naturelle où se trouve l’une des plus grandes colonies de tortue de terre au monde.

La semaine dernière 3 autres patrons de bateau des Comores ont été inculpés des mêmes charges.

image

Au total 5 patrons de bateau sont incarcérés à la prison de Montagne Posée sur l’île principale de Mahé.

La peine maximale pour pêcher sans licence est de 207 000 $.

Pour pêcher dans une zone marine protégée, ils encourent une amende 166 000 $ ou un an de prison.

Quant aux 14 membres d’équipage qui sont des Comoriens, ils attendent actuellement d’être déportés dans leur pays.

« Ils ne seront pas renvoyés dans leur pays avant la fin de la semaine prochaine » a précisé à la SNA le secrétaire général au ministère de l’Intérieur Michel Marie.

Hier l’ambassadeur des Comores pour les Seychelles avait proposé qu’un accord juridique puisse être établi entre les deux pays pour permettre aux prisonniers de purger leur peine de prison dans leurs pays respectifs.

Mais cette affaire est un peu plus compliquée, car les bateaux qui ont été arrêtés sont immatriculés à Dzaoudzi qui est une commune du département d’outre-mer de Mayotte, et implique donc la France.

«Pour l’instant, nous n’avons reçu aucune demande des autorités seychelloises » a dit à la SNA Patrick Buzeau conseiller à l’ambassade de France.

« Si nous recevons quelque chose, nous transmettrons le dossier aux autorités juridiques qui décideront des suites à donner» a ajouté Buzeau.

Seychelles News Agency

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*