15 congolais aux mains de la DNST aux Comores

Moroni, (HZK-Presse) –La brigade des douanes et celle de la gendarmerie ont appréhendé une vedette dimanche soir. A son bord, se trouvaient 15 clandestins d’origine congolaise.

15 clandestins d’origine congolaise sont appréhendés dimanche soir par la brigade des douanes et celle de la gendarmerie. Depuis 16 heures, des opérations de patrouille sont effectuées par la brigade de surveillance du port de Moroni au large. En attente d’un bateau surnommé Cap 2000 en provenance de Tanzanie, la brigade d’intervention de la douane et de la gendarmerie a repéré trois vedettes à côté du bateau et a appelé les renforts.

« A notre retour, on n’a retrouvé qu’une seule vedette avec 15 passagers et les autres navires se sont enfuis », affirme le commandant Salim Mohamed, chef d’immigration au port de Moroni. Peu après cette opération, le commandant de cette antenne d’immigration du port a salué les efforts fournis par les services du port. « On se félicite du bon travail qu’on a effectué et j’espère que ça va continuer dans ce sens », poursuit-il.

Peu après cette opération, ces clandestins congolais sont acheminés dans les locaux de l’immigration et ils vont être transférés à la DNST (Direction nationale de la sureté du territoire). A peine arrêtés, trois des clandestins congolais n’étaient pas en bonne santé et nécessitaient des soins. « Deux personnes et un enfant parmi ces clandestins étaient malades et on a appelé le COSEP pour intervenir », avance le commandant Salim Mohamed.

Pour ces clandestins, une seule raison les motivait à rejoindre l’Union des Comores : la paix et la stabilité. « Nous fuyons la guerre qui frappe notre pays », ce sont les premiers mots sortis de Kongolo Mwenyi Gabriel, un des clandestins appréhendé. « Notre pays, surtout l’Est du Congo est actuellement en guerre et on ne peut pas aller dans les pays voisin car ils vivent la même situation », souligne Kongolo Mwenyi Gabriel, avant d’ajouter qu’ « aux Comores, on peut trouver la paix ».


Mohamed Youssouf

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*