En ce moment

30 ans déjà : Que s’est-il passé dans la nuit du 26 novembre 1989?

[Tribune]26/11/1989-26/11/2019, UNE IMMENSE PERSONNALITÉ EST ASSASSINÉE.

Dans la nuit du 26 novembre 1989, alors élève en seconde au lycée SAID MOHAMED CHEIKH, j’ai appris à minuit passé l’assassinat du Président AHMED ABDALLAH ABDEREMANE, confirmé au petit matin du 27 Novembre 1989.
Un homme, un Commerçant, un infatigable politicien, un des jeunes leader du panafricanisme, un homme politique autoritaire et généreux, le père de l’indépendance avortée par ALI SOILIH est assassiné à sa présidence dans des conditions obscures entre mouvements sociaux internes (référendum contesté), décision de rompre avec le mercenariat (refus de prolonger la durée de Bob DENARD aux Comores) et les pressions de l’OUA contre l’un des pays en relation avec l’Apartheid ( les Comores entretenant une coopération militaire opaque avec l’Afrique du Sud raciste).

30 ans plu tard, les jeunes comoriens doivent savoir la vérité si vérité il y a car il est facile chez nous, malheureusement, de jeter l’honneur des grandes personnalités aux chiens pour ses humeurs.
AHMED ABDALLAH ABDEREMANE était un grand patriote, rassembleur et d’une générosité débordante. Il aimait son pays et le pouvoir.
Échaudé par le coup d’Etat monstrueux d’ALI SOILIH, ABDALLAH s’est entouré de mercenaires sous les ordres de l’affreux tristement célèbre DENARD pour, selon lui, la sécurité du pays et la formation de l’armée. C’est ici que le grand ABDALLAH a vacillé car un mercenaire reste un inconditionnel hors la loi.
Pris entre deux feux, celui d’un pays qui est en mouvement pour réclamer plus de justice sociale et celui de mercenaires qui réclament un contrat durable et ayant le monopole du pays, ABDALLAH choisit le suicide en résistant aux mercenaires.
Et des tortures affreuses, à la prise de la vie, ABDALLAH laisse un pays en effervescence dans une situation internationale sous haute tension: le mur de Berlin tombe, Mandela gagne son combat et le multipartisme gagne l’Afrique.

Oui, il y a eu des crimes, des inégalités, des dérives dictatoriales mais rien de comparable avec la destruction de l’Etat par AZALI qui n’a aucun germe de patriotisme.
Qu’on le refuse par passion démesurée ou par la bassesse de son fils chéri NASSUF, AHMED ABDALLAH ABDEREMANE reste un grand patriote, un homme d’une si grande vision pour son peuple. Il a laissé plusieurs traces dans l’exercice de son pouvoir notamment la formation de l’élite d’aujourdhui.

BEN ALI.

La Rédaction

3 commentaires sur 30 ans déjà : Que s’est-il passé dans la nuit du 26 novembre 1989?

  1. tu as mieux fait de cacher ton visage ce qui montre que tu ressens un peu de haine et d’utiliser un prénom brouillon, tout ça pour masquer ton gnombécilité débordante!

  2. mon cher BEN ALI , notre pere de l’ Indépendance le feu AHMED ABDALLAH ABDEREMANE, celui meme qui avait acheté sa mort, parce qu’ il savait tres bien que la France n’ a pas un ami dans l’ Afrique, il a vendu son ame devant des chiens de guerres( les mercenaires ) qui n’ ont pas de soucies à n’importe qui donc tempis pour lui

  3. voilà l’homme le plus idiot, voleur des terres et corrompus de toute l’histoire de comores. cet imbécile croyait qu’avec la vanille et clou de girofle, il ferait des comores un pays riche. un idiot qui a conduit son peuple dans la misère. que dieu le brule dans la flamme éternelle.

    amine

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*