46 millions volatilisées à l’assemblée nationale : Ben Abdallah Youssouf demande à Maoulana Charif de rompre le silence

Pour l’enfant de Mtsamudu-ya-Washili, les accusations portées à l’endroit de leur représentant au palais de Hamramba sont gravissimes, et méritent une déclaration publique du concerné, pas celle du directeur de cabinet de l’assemblée, mais, au minimum, le président de l’assemblée pour éclairer l’opinion sur les accusations proférées par le député de Hambu.
 
L’article « Assemblée Nationale : Et maintenant un scandale financier », qui fait état de 46 millions de la redevance administrative unique (Rau) volatilisées à l’assemblée nationale, dans lequel le député de Hambu, Ali Mhadji accusait son collègue Maoulana Charif d’être à l’origine de la disparition de cette importante somme d’argent, n’en finit pas de faire des remous.
Dernier en date, Ben Abdallah Youssouf qui a organisé une conférence de presse, hier pour demander à l’élu de Washili-Dimani de rompre son silence face aux “accusations gravissimes” portées à son encontre par le député du Hambu. Etant un enfant de cette circonscription électorale, “et ayant contribué à l’élection de Maoulana Charif”, Ben Abdallah Youssouf estime qu’il ne peut pas rester sans réaction, quand le représentant de deux régions est accusé de la sorte.
    Il faut qu’il apporte des éléments de réponse aux déclarations d’Ali Mhadji. Le communiqué signé par le directeur de cabinet du président de l’assemblée nationale ne lave pas Maoulana Charif et n’a rien apporté de probant. 
L’ancien candidat à la députation, s’est par ailleurs demandé pourquoi “après de telles révélations, la justice comorienne ne s’est pas saisie de l’affaire. Révélations, il faut le souligner, émanant d’un représentant de la nation”. Il taclera au passage le parlement qui enquête en ce moment sur la citoyenneté économique. “N’aurait-il pas fallu qu’il s’approprie ce dossier pour diligenter une enquête parlementaire afin de connaitre la vérité sur la disparition supposée des 46 millions ou alors sur la gestion financière de l’assemblée nationale”, s’interrogera-t-il.
Ben Abdallah Youssouf a en outre insisté sur le fait que Maoulana Charif devait s’exprimer publiquement “parce que ces graves accusations portent atteinte à son image”. “Le silence du vice-président de l’assemblée est inquiétant, puisqu’aucun d’entre nous ne peut dire que les révélations du député Ali Mhadji sont fausses ou non, du moment que le concerné ne s’exprime pas”, déclare-t-il.
Le candidat malheureux a fait savoir que 22 millions issus de la Rau ont été versés et distribués aux parlementaires dans l’après-midi qui a suivi la publication de l’article mettant en cause le vice-président de l’assemblée nationale. 

Ali Abdou/ Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*