50 morts à Madagascar après le passage du cyclone.

Le cyclone Enawo a tué au moins 50 personnes à Madagascar et plus de 176 000 sont sinistrées depuis son passage mardi, selon un nouveau bilan annoncé dimanche 11 mars par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), qui a ajouté que 137 sites d’hébergement d’urgence avaient été ouverts pour accueillir les sinistrés.

Formé dans l’océan Indien, le cyclone a frappé mardi et mercredi dernier à la mi-journée les côtes nord-est de Madagascar, dans la région d’Antalaha, accompagné de pluies diluviennes et de vents soufflant en rafales jusqu’à 290 km/h. On a pu constater des arbres déracinés, des routes inondées et des toits de tôle ondulée arrachés par le cyclone.
Il s’agit-là du plus puissant cyclone depuis 2012. Après le nord-est, Enawo a touché mercredi la capitale Antananarivo, en plein centre de l’île, avant d’être reclassé par les services météorologiques locaux en « dépression tropicale » puis de quitter le territoire malgache. Selon un bilan provisoire vendredi, la ville comptait plus de 32 000 sinistrés.
Selon la Croix-Rouge, il s’agit du plus puissant cyclone à frapper Madagascar depuis 2012. Cette année-là, le cyclône Giovanna et la tempête tropicale Irina y avaient fait 112 morts et 90 000 sinistrés.


Enawo a traversé Madagascar alors que l’île souffre déjà d’une intense sécheresse qui a entraîné une hausse du prix du riz, l’aliment de base des populations, et de graves pénuries alimentaires, notamment dans le Sud. Les conséquences économiques du passage du cyclone seront importantes dans la région de Sava, qui produit la moitié de la récolte mondiale de vanille.

MN

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*