6000 enfants dans les bidonvilles de Mayotte : des solutions existent !

Plus de 6000 enfants vivent dans les bidonvilles de Mayotte, accessoirement les plus grands de France. Il s’agit pour la plupart d’enfants dont les parents ont souvent expulsés vers l’île sœur d’Anjouan, distante de moins de 120 Km, entre les aéroports, et de 70 km entre la mer et les terres des deux Iles sœurs.

 

L’Ile de Mayotte est considérée comme étant le 101ième « département » par la France, mais est également territoire comorien conformément aux résolutions de l’UN.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Ainsi, l’exécutif français feint de ne pas comprendre que le problème de Mayotte est plus complexe qu’il n’y paraît. Car dans le fond, c’est une situation dont les leaders des partis politiques, de gauche comme de droite (en France), ne veulent sortir et dans laquelle ils se complaisent, outre les raisons géostratégiques et énergétiques. Il faut aussi rappeler que le tristement célébré « Visa Balladur » imposé par la France aux Comores a fait plus de 17 000 Morts.

Dans ce contexte dramatique d’expulsions , on en vient à croire que les leaders politiques français sont fort mal conseillés. Sans doute voient-ils là une belle occasion de déstabiliser le nouveau gouvernement comorien, ce qui est pourtant suicidaire pour tout le monde. Maintenir Mayotte dans ce statut-quo régional, tel un réservoir de voix, avec de récurrents conflits post-électoraux artificiels à relent anti-comorien, relève, selon moi, de tactiques politiciennes d’un autre âge, avec des omissions voulues pour faire diversion, Mayotte étant par ailleurs un « déversoir » à subvention de l’État français ainsi que de l’Europe. Des subventions qui s’évaporent souvent dans la nature (au profit d’associations partisanes bien introduites ou de partis politiques en place).

Les leaders politiques français et leurs élus omettent sciemment de tenir compte du fait que Mayotte est distante de moins de 120 Km d’Anjouan, soit à plus de 8000 km de Paris. Il est donc obsolète de penser que Paris a la capacité de gérer tout ce qui se passe dans l’Océan Indien sans une approche régionale, voire internationale :

– Une approche régionale qui ferait intervenir les parlementaires français et comoriens dans le but de renforcer les cadres institutionnels et économiques.

– Une approche internationale, vu l’importance de la stabilité de cette région au niveau géostratégique mais surtout pour le développement régional. Des données qui nécessitent que les institutions internationales (EU, UA, UN, etc.) soient saisies au plus vite quant au sort réservé aux ressortissants des autres Iles « installés » à Mayotte, bouc-émissaires d’une situation géopolitique et géostratégique qui les dépassent.

Dans cette crise, la France par sa gestion conflictuelle, néocoloniale, partisane et non fédératrice au niveau régional, montre au monde entier qu’elle est dépassée par ses propres erreurs, précisément en ce qui concerne le non respect du droit international.

Baroini Ahamada 

A voir aussi: 

2 commentaires sur 6000 enfants dans les bidonvilles de Mayotte : des solutions existent !

  1. Ces sont ces parents comoriens qui ne se sentent jamais responsables , c’est pourquoi ils iront directement en enfer , en venant à Mayotte pour nous pondre matin, midi ,soir leurs déchets humaines sans se soucier comment élever ces mômes innocents .
    ILs croient que le monde est toujours rester sur la préhistoire et les hommes vivent tirs de la chasse et des cueillettes . ils doivent prendre conscience que le monde a évolué et que nous sommes dans une société civilisée , si avant avoir beaucoup d’ enfant était une richesse maintenant c’est une charge énorme qui demande des responsabilité pour éduquer ses enfants enfin de leur assurer une avenir meilleur, mais ne pas pondre des coufards voire des délinquants et les laisser se nourrir dans nos poubelles .

  2. A la lecture du titre, je savais déjà à quoi m’attendre, pas de surprise. Des crachats de plus sur la France et Mayotte tout en omettant de préciser que les élus comoriens sont de vrais imbéciles en refusant tout dialogue avec les Mahorais. Donc vos solutions à la con, appliquez-les aux Comores !!!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*