6ème commission mixte Comores – France : que va-t-il encore nous arriver ? 

Les 15 et 16/12/2017 s’est tenue la commission mixte. Les observateurs avertis n’ont pas manqué de noter que la 5ème s’était tenue en 2005, sous présidence Azali. Il a fallu attendre le retour d’Azali au pouvoir pour une nouvelle réédition. Entre temps rien. Ils ont aussi noté qu’en 2005, les élus maorais avaient été interdits de participation sur demande comorienne alors qu’aujourd’hui, ils sont accueillis à bras ouverts par le Ministre comorien des relations extérieures.
Jusqu’en 2005, l’île comorienne de Mayotte était isolée dans la région.
Aucun pays de la zone Océan Indien, malgré les pressions françaises n’était prêt à briser l’encerclement. La stratégie française se focalisait sur la participation maoraise aux jeux des îles de la Commission de l’Océan Indien (COI) pour venir à bout de cet enfermement. Azali céda à Chirac sans concession française connue et la 5ème commission brisa le blocus et consacra la capitulation comorienne.
Des petits pas au départ : les sportifs maorais furent intégrés dans une délégation France de l’Océan Indien composée par la Réunion et Mayotte, puis la délégation de Mayotte obtint de participer de façon autonome sans pouvoir arborer le drapeau français ni chanter la marseillaise. Du chemin fut parcouru depuis. Mayotte fut intégrée dans toutes les institutions de la COI puis départementalisé puis intégré dans l’Union Européenne.
Aujourd’hui l’île comorienne de Mayotte est bien intégrée dans la zone en tant que département français. Les pays de la zone ne peuvent pas être « plus royalistes que le roi ». La fameuse lettre du Ministère des affaires étrangères de l’époque, demandant le retrait définitif de la question de l’île comorienne de Mayotte de l’ordre du jour des AG annuels de l’ONU ; les louanges à la France, principale partenaire des Comores et autres niaiseries, les ont convaincus. Les dirigeants séparatistes maorais ont donc gagné en assurance et rivalisent d’arrogance envers les pauvres Comores qui envahissent l’île française. Aujourd’hui ils menacent de quitter les jeux de la COI si on leur refuse leur prétendu drapeau et hymne.
On est donc en droit de s’interroger sur ce que va accoucher cette 6ème commission. Le discours mielleux de l’actuel Ministre des Relations étrangères mettant Maore au même niveau que la Réunion, « Mayotte et la Réunion ne peuvent évoluer que dans leur environnement … », saluant les frères et sœurs maorais qui seraient venus aider les pauvres Comores, etc. sont de mauvais augure.
A-t-on évoqué les dizaines de milliers de morts du visa Balladur ? Rien ne permet de l’affirmer. Au contraire. La feuille de route de septembre 2017 qui avait frauduleusement fait illusion et qui avait suscité le courroux des élus maorais, Mansour Kamardine en tête, serait discutée en coulisse. Elle serait en tout cas remise aux calendes grecques en attendant les assises françaises de l’outre-mer. Les dirigeants séparatistes maorais, avec l’appui français bien sûr, semblent avoir la main sur les échanges. Donc pas question d’aborder les questions de fond ! On s’acheminerait plus vers une validation du fait accompli français à Mayotte. Comme si « Mayotte pays ami » n’était pas un simple lapsus !
A son retour au pouvoir, le président Azali semblait plein de bonne volonté. Il avait noué une discussion franche et courageuse avec le Comité Maorais. Il promettait de se doter d’un Conseil spécial et de créer une structure gouvernementale dédiée à la question de l’île comorienne de Mayotte. Voir sa brochure bilan de la première année. Il s’était aussi engagé à mener une bataille pour l’inscription de la question de l’île comorienne de Mayotte dans l’ordre du jour définitif de l’AG de l’ONU de 2017, nous étions en 2016. Il avait décliné l’invitation de participer à la célébration du 12 novembre 2016 et avait promis que l’Etat organiserait désormais les célébrations du 12 novembre à partir de l’année 2017. De l’espoir était né, il fut de courte durée et voilà que les nuages s’amoncèlent faisant craindre un cyclone dévastateur.
La tendance serait de nous servir un dialogue constructif fondé sur un pragmatisme au ras des pâquerettes. De la poudre de perlimpinpin pour abuser un peuple suiviste ! Une réédition de l’ouverture à la jeunesse maoraise de 2005.
Le combat doit donc continuer de plus bel. La jeune et prometteuse direction du Comité Maore doit rapidement se hisser à la hauteur des enjeux, se montrer plus réactif. Il faudra aussi que les partis politiques s’en mêlent. Face aux manœuvres séparatistes de tout bord, les citoyens attachés à l’unité de leur pays doivent s’insurger !
Idriss Mohamed 

3 commentaires sur 6ème commission mixte Comores – France : que va-t-il encore nous arriver ? 

  1. C’est bien une première , pendant ces deux jours de présence des Elus Mahorais dans la capitale Comorienne , tous nos yeux étaient rivés à Maroni pour voir et entendre les médisances de nos soi- disant frères grand-comoriens allaient racontés. Heureusement les mentalités évolues et qu’ il n y a pas eu des propos déplacés et des insultes insensés . Les échanges ont été fructueux , respectueux

  2. La France a connu Philippe Pétain et Pierre Laval, les Comores ont Azali et le petit Amine.
    Quelle lâcheté!
    Mais la trahison se paye cache!
    Un jour viendra et ces gens là payeront leurs trahison répétitives.

  3. AHHH, Voilà encore Mr Idriss qui cherche toujours à créer des problèmes là ou il n’ y en a pas et veut mettre de l’ huile sur feu , Pauvre Idriss , il faut absolument que vous arrêtiez à toujours faire le CALIMERO avec vos confrères du comité maoré . Je vous avez demandé à plusieurs reprise de mener d’ abord un combat noble, tel que  » lutter contre la famine et la pauvreté aux Comores , se battre contre l’ illettrisme en ayant des écoles pour tous et une prise en charge sanitaire digne de ce nom aux Comores. Une accés à l’ électrification au lycée Said Mohamed CHEIK pour que les lycéens puissent apprendre dans des bonnes conditions , sans pour autant que les élèves se trouvent obliger de trafiquer l’ électricité en recordant sur un poteaux électrique de la voie voie publique pour alimenter leur salle de classe , n’ayez pas la mémoire courte Mr IDRISS , il y a même eu des émeutes , les policiers ont tirés sur les étudiants ,certains se sont trouvés aux bloc opératoire de l’ hôpital El-Manrouf pour extraire les balles .
    Votre bataille de vouloir tirer Mayotte et les Mahorais vers le bas et dans votre fond de gouffre est insensée, voire déraisonnable , c’est inimaginable d’ un soi-disant intellectuel de haut niveau que vous prétendez l’ êtes. Cela manque profondément de logique et de bon sens , puisque comment voulez vous que les idiots des Maorés viennent vous rejoindre alors que vous même ( les plus intelligents ) fuyez l’ union des Comores pour chercher une vie meilleurs et survire à Mayotte , c’est comme cà que des débiles mentales extrêmes, les personnes de mauvais de foi et les hypocrites se font remarquer .
    Vous avez envoyez votre fille à Mayotte pour accouche sur le territoire Francais de Mayotte , pour que vous puissiez aussi avoir des petits fils de Nationalité Français et surtout pas de nationalité Comorienne et ainsi juire de tous ces droits et les avantages , comme tous les autres femmes comoriennes qui viennent accoucher chez nous gratuitement au détriment de nos cotisations sociales en profitant de notre système de santé accueillante , généreuse et solidaire  » Nous comprenons que c’ est humain « .et cela nous réjouis et nous honore de rendre service à autrui et au plus démunis contrairement dans vos hôpitaux ,que si la femme enceinte n’ a pas payer 300 euros à la fameuse caisse , elle n’ aura même pas accès à franchir la porte de la maternité et pour vous rafraichir la mémoire Mr IDRISS , juillet 2016 , une femme enceinte de 2 jumeaux est décédée à l’ entrée de l’ hôpital El-……. car son mari n’ avait pas payer les 300 euros . Après la direction de l’ hôpital s’est fendu d’ une information mensongère à la presse que l’ anesthésiste était absent . bref cela se passe comme ça dans votre union et vous croyez que les Maorés sont tellement tarés et aveugles . Qui sont les les plus imbéciles entre nous deux ??? . A un certain moment, il faut arrêter votre mauvaise foi , il n y a pas de capitulation , ni des points gagnés par la France ou les Maorés ,non plus des points perdus pour les Grand-Comoriens , il faut se rendre à l’ évidence Mr IDRISS . Mr le ministre des affaires étrangères a bien parlé et il a raison de dire que l’ union des Comores ne doit plus rester dans l’inertie et s’isoler , il est urgent et indispensable de se saisir de l’ opportunité de la cooperation régionale avec les États de l’ indo-océanien / Mayotte/ Reunion.
    Vous avez voulu que le President Azali dénonce au sommet de l’ AGNU de fin septembre 2016  » le décasage qui s’ est déroulé à Mayotte en Mai 2016 par les propriétaires de ces terres qui payent des impôts fonciers chaque’ année , comme si ces parcelles appartenaient à ces squatteurs même si selon vous Mayotte est Comorienne et ces sont des Comoriens qui les squattent ,heureusement Azali ne l’a pas évoqué à l’ONU pour éviter de se RIDICULISER 6 mois après , n’ ayez pas aussi la mémoire courte que le 11Janvier 2017 , c’ est le Gouvernement Comoriens par son ministre de l’ intérieur alias KiKI et le maire de Moroni ont démoli tous les bidonvilles des Squatteurs Anjouanis et Mohéliens en disant « dixit  » Ces gens là , ont un chez eux , ils n’ ont qu’ à rentrer chez eux et arrêter de polluer notre Capitale Moroni . Quelle lecture nous nous sommes faites ici à Mayotte ?. Vous voulez continuer à squatter nos terres et bidonviliser Mayotte car vous etes des Comoriens . Accepteriez vous que les Maorés viennent construire des favelas à Moroni et polluer Moroni ? . Quant nous nous rendons en France Métropolitaine , nous louons des maisons , mais nous n’ allons pas voler en arrachant les tôles des toitures des maisons des Métropolitains pour construire nos taudis labàs parce que nous sommes des Français ou des MAHOPOLITAINS . La politesse en fait que quand vous rentrer chez votre voisin ,il y a des principes à respecter et ne pas s’ approprier ce qui ne vous appartient pas , C’ est ce qu’on appelle le savoir vivre  » Mr Idriss et ses confrères Grand-Comoriens . Les Maorés ont choisis un pays de droite ne souhaitent pas qu’ ont viennent construire des Favélas sans respecter le code de l’ urbanisme et nous pondre des pauvres mômes sans se soucier une seconde la façon de les nourrir ni de les éduquer .Ces parents Comoriens irresponsables , laissent ses enfants se nourrir dans nos poubelles et deviennent de facto des délinquants , d’ ailleurs la plupart sont à Majicavo . C’est Malheureux mais typiquement Comoriens . Et pour vous rafraichir la mémoire lorsque je parle des parents Comoriens irresponsables , le Maroc rencontre le même problème que Mayotte , avec des étudiants Comoriens vivant là-bas ,ayant pondu des enfants et les ont livrés à eux mêmes : (Conférer au Journal AL-watoine N 286 de février 2011 .
    Maintenant Mr Idriss,,que proposeriez vous aux Maorés lorsqu’ils accepteront de venir vous rejoindre dans votre République Bananière et corrompu ?, Si vous avez quelques choses , je vous suggère de le donner en premier à votre fille qui se trouve à Mayotte et le reste , vous pouvez le donner à ces milliers des Comoriens qui quittent ce pays aux détriment de leur vie pour rejoindre Mayotte ou être vendu comme des esclaves en lybie. Comme vous etes aveugles , ici à Mayotte nous voyons bien que les Comoriens qui meurent en mer Méditerranée et les 30.000 abattus à Majunga à Madagascar en 1978 et ceux actuellement enfermés en LYBIE sont les conséquences direct du VISA Balladur imposé aux Comoriens . Il faut arrêter de se ridiculiser en nous chantant le visa Balladur tout le temps à tord et travers . IL est grand temps de sortir de la bêtise humaine Mr Idriss et ses Consoeurs . Il est temps d’ évolué et de changer de méthode . Vous ne pouvait pas vouloir prétendre vous reprocher des Maorés en refusant constamment de discuter avec ces élus , ou les interdire de participer à des compétitions sportifs régionales et les empêcher de s’ épanouir dans leur région comme si nous sommes moins que rien , nous ne devons pas exister aux yeux des Grand-Comoriens. Ou cité d’ une intégrité territoriale qui n’a jamais existé , et pourquoi aux temps de sultanat , les Comores s’ appelait » les iles des sultans batailleurs « . Nous voyons bien qu’ il y avait une belle entente entre ces iles .
    Il y a un devoir de Conscience et l’ histoire continue à toujours donner raisons du choix qu’avait fait nos Grand-parents auparavant  » de ne pas vouloir partager un destin commun avec vous . Cela ne fait que réconforter notre jeune génération à ne pas trahir leur choix .
    A la prochaine session de l ‘ AGNU de septembre 2018 , nous vous chargeons de condamner AZALI parce que le 15 et 16 decembre 2017, il a capitulé en acceptant que les élus Maorés atterrissent dans la capitale Comorienne pour dialoguer ensemble avec leurs homologues Comoriens , se sont regardaient yeux dans les yeux et le pire encore ,Mr AZALI les a logé dans une hôtel de luxe à Moroni , puisque les MAORÉS méritent d’ être loger dans les favelas de Moroni ou il y a des Rats , des scolopendre et des détritus . Nous vous souhaitons beaucoup de Courage Mr Idriss et tous ses Consseurs , les Maorés adhérent à votre bataille et vous demandent de ne pas vous inquiéter car dans quelques semaines Mayotte sera Comorienne à 104% ( à la Djaza )

Répondre à Abdoul Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*