9 000 jeunes licenciés en 10 mois par le président de l’Emploi

Opinion libre:

Selon un article de Kamardine Soulé, (Al-Watwan, édition du 27 janvier 17), plus de 7000 agents de l’Etat ont été licenciés durant ces sept derniers mois. Selon toujours le canard de l’Etat (13 janvier 17), 2000 autres jeunes seront renvoyés le 1er février. Au total, celui qui s’est autoproclamé le président de l’Emploi, aura réussi à congédier 9 000 postes en dix mois à la tête du pays. Bravo !

Le président Azali avait justifié ces licenciements sur Africa 24, par la nécessité de mettre de l’ordre dans la Fonction Publique et dans les sociétés d’Etat en citant l’exemple de la Société nationale des Hydrocarbures. C’est de bonne guerre, après tout, nous sommes tous d’accord que notre administration est saturée d’agents dont l’utilité est contestable.

Mais encore une fois, ce sont les « enfants » des autres qui devront en payer le prix car au même moment, ces mêmes sociétés d’Etat recrutent. Leurs enfants. Et c’est là où cette image de rigueur budgétaire qu’on nous vante s’effondre.

Un poste de directrice commerciale adjointe aux Hydrocarbures a été créé pour recruter une jeune fille proche d’Azali avec ZERO expérience. Ah si, elle tenait la boutique de sa mère.

Un autre poste de chargé Communication et Marketing a été inventé à l’ORTC pour employer un soutien important lors des élections

Le petit-frère de Kamaldine Soeuf (DG des douanes) a été placé quelque part à l’Agence Nationale de la Promotion des Investissements (ANPI).

Les exemples de népotisme d’Etat sont légions. Les vice-présidents rivalisent entre eux pour la promotion du petit-frère ou du cousin. Malheureux à tous ceux qui ne connaissent pas une personne haut placée, dans ce climat d’inégalité des chances, où une poignée de personnes rêvent alors que des milliers d’autres crèvent. Sacrifiés.

D’après les estimations du Commissariat Général au Plan (avant ces vagues de licenciement) le taux de chômage aux Comores serait autour de 40% de la population active.

Toyb Ahmed

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*