A croire HAMADA Madi Boléro, Ikililou fait le plagiat de la stratégie d’échec de Mohamed Taki sur la crise séparatiste

Monsieur le président, les jalons d’une politique vérité, viennent d’être posés par un homme politique « Boléro » que vous connaissez sans doute par ses talents, avez-vous pris la peine de lire son livre ? Quelque chose « le plagiat d’une stratégie d’échec que vous avez emprunté de Mohamed Taki » me fait dire le contraire, pourtant vous devriez lire absolument ce livre ou au moins faire lire vos conseillers …

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

N’en doutez pas, tout homme possède seulement deux (2) stratégies qu’il modélise consciemment ou inconsciemment durant toute sa vie. « La stratégie d’échec et la stratégie de réussite ».
Ces deux stratégies sont aussi valables quand il s’agit d’un pays ? Je pense sérieusement que le livre de Hamada Madi Boléro paru aux éditions Cœlacanthe en juin 2012, ce livre commence à apporter ses fruits. Pourquoi ? Il suffit de lire les témoignages de cet animateur politique hors du commun, de lire également comment ce témoin vivant a vécu et décrit la crise séparatiste Anjouanaise, pour enfin comprendre que les erreurs qu’a commis Mohamed Taki en 1997, Ikililou Dhoinine est entrain de faire le plagiat en 2012.

Sommes-nous en droit de se demander : la stratégie d’autodestruction systématique se modélise ? « IL » se demande comment : « pousser les intellectuelles Comoriens à remettre en cause leur stratégie d’autodestruction systématique » ? Notre pays tiraillé entre désir d’union et méfiance raisonnable d’insularisme, doit sortir de la courtoisie d’une politique du désespoir.

La vérité politique ne se promène jamais toute nue, à chaque situation qui se présente elle choisie la robe qui l’habille le mieux. Une personne pas la moindre, qui a trompé hier le président Taki, sur le fond de la crise séparatiste, cette personne est aujourd’hui consciente de son erreur mais elle veut quand même modéliser sa stratégie (on ne change pas une stratégie qui gagne), si sa stratégie utilisée en 1998 a apporté ses fruits en 2006, pourquoi pas en 2016 en utilisant la même recette qu’en 1998 ? Tant pis pour le Dr Ikililou qui modélise la stratégie d’échec… mais bon ! Comme disait Boléro dans son livre « Devoir de Vérité » : Quand Taki avait commencé sa chute vertigineuse et ses partisans faisaient la sourde oreille lorsque tout le monde en parlait…, le gouvernement fédéral finit enfin par se rendre compte de l’ampleur de la crise. Trop tard ?

Sérieusement je conseille aux lecteurs de lire ce livre, au moins la page 32 à 36, « le début de la crise séparatiste », pour enfin comprendre que le Dr Ikililou, fait le plagiat d’une stratégie d’échec.

Pour finir si en 1997 « une crise sécessionniste aigue sur fond de crise économique et financière vouait le régime Taki à l’échec », en 2012 cette crise aigue se trouve sur fond de crise parlementaire et militaire et s’achèvera sur l’exécutif du gouvernement de l’union. Voir art « Aux Comores, les fondements de notre système Etatique se fissurent… »

Le relais qui rassure qui ? Voudrait vraiment croire que le Dr président reviendra sous ses souliers, mais au fond, le relais sait que ce n’est pas le cas, ainsi au cœur brisé ils versent leur colère comme d’ailleurs tout être humain déchu de ses fonctions. Le leader de la déstabilisation A² Sambi a toujours refusé d’avouer clairement qu’il est en conflit ouvert avec Ikililou. Une manière de garder encore le suspense…, mais la réalité est autre, Ikililou reste peut être ami avec ses anciens collègues, mais il sait qu’ils ont tout fait foirer. Il sait aussi que les uns se déguisent en patriotes pour poser les jalons de leur colère maquillée. Voir article « Alerte ! Crise de nerfs aux Comores », et pendant ce temps ce qui nous étonne hélas, le président Ikililou et son équipe font la politesse du désespoir. D’où notre message consiste à alerter les secours s’ils ne sont pas eux aussi des pompiers pyromanes. Excellence
monsieur le président En face d’une colère maquillée, il y a un devoir de méfiance…


Abdou HAMADI Mrimdu

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*