A quand un procès d’Etat sur la mort du Président Ahmed Abdallah Abdereman?

Mort dans la nuit du 25 au 26 novembre 1989.

Il s’est personnellement battu pour une indépendance prématurée pour les uns et méritée pour d’autres. Il a renouvelé, par vengeance, le mercenariat et a instauré pour la première fois la « République Fédérale  Islamique des Comores ». Malgré un système autoritaire imposé, une autosuffisance alimentaire en était presque atteinte. Le comorien mangeait à sa faim. 

12 ans de règne se résume presque à cela. À chacun d’en rajouter. Mais ce qui m’importe ici est ce qui s’est passé dans la nuit du 25 au 26 novembre 1989 date à laquelle le Président Ahmed Abdallah Abdereman a été assassiné en même temps avec son garde corps par sa Garde Présidentielle dirigée par les mercenaires sous les commandes de Bob Denard. 
Après cette mort tragique, l’Etat ne s’est jamais porté volontaire pour découvrir la vérité de ce qui s’est passé cette nuit-là. La famille du défunt s’est battue sans succès pour un procès juste et équitable qui ferra apparaître tous, sans exception, ceux qui étaient derrière cet assassinat. 

Comme la mort du Mongozi Ali Soilihi, de M. TAki, de Combo….et d’autres assassinats qu’on peut qualifier d’État on risque de ne plus jamais connaître la vérité si l’Etat ne s’y implique pas comme son propre affaire. 

C’est L’Histoire qu’on disqualifie en restant silencieux sur ces « meurtres d’État ». Celle-ci nous jugera un jour.
Que les Assises Nationale qui, on espère, prendront le temps d’explorer ces faits tragédiques qui ont marqué l’Histoire des Comores, puissent demander à l’Etat de s’approprier ces procès afin qu’un jour les vérités s’éclatent pour que jamais nos futurs  ne vivent plus dans le doute de leur Histoire.
Que la paix lui soit légère et qu’Allah lui pardonne.

Said Ali Hamidou 

2 commentaires sur A quand un procès d’Etat sur la mort du Président Ahmed Abdallah Abdereman?

  1. Il fait tué Ali Soilih et bien d’autres par ces mercenaires et il a été tué par ces propres mercenaires: justice est faite!
    On dit qu’une main que l’on peut briser, on la baise et on prie à dieu pour le faire à votre place.
    Avec ses mercenaires il se croyait immortel mais dieu l’a brisé à notre place.
    La page est fermée!!!!!!

Répondre à Ali wali Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*