Abdallah Saïd Sarouma «l’opposition aura comme résultat, 12% au référendum»

Nous devrions nous poser la question de savoir si ce nouveau projet constitutionnel est porteur d’espoir pour le pays et non s’éterniser sur la question de la Cour constitutionnelle ou les Assises nationales», a exhorté Mohamed Issimaila alors que le vice-président, Abdallah Saïd Sarouma prédit 12% du résultat de l’élection référendaire au profit de l’opposition. Le chef de l’Etat Azali Assoumani appelle les Comoriens à se rendre très tôt dans les urnes et à préserver la paix ce jour-là «parce que certains s’attendent à un trouble dans un bureau sur cinq-cents pour crier aux troubles».

La campagne pré-référendum bat son plein du moins en ce qui concerne les soutiens au Oui. Après Hamahame, Mbadjini, Mitsamihuli et Washili, la mouvance présidentielle a tenu un grand meeting hier en fin d’après-midi dans un grand foyer de la localité de Mvuni dans la région de Bambao. C’est dans ce contexte de campagne et devant une grande foule que Mohamed Issimaila a pris la parole pour s’épancher sur la pertinence de l’initiative de la révision constitutionnelle. Pour le porte-parole de Beit-Salam, opposition et pouvoir devraient se poser la question de savoir si le nouveau projet constitutionnel est bénéfique ou non au pays.

«Nous devrions nous poser la question de savoir si ce nouveau projet constitutionnel est porteur d’espoir pour le pays et non s’éterniser sur la question de la Cour constitutionnelle ou les Assises nationales. En réalité, ce ne sont pas ces deux points qui nous divergent dans la mesure où, la Cour constitutionnelle a été décriée par pratiquement tout le monde, y compris les politiciens, et que sans Assises ou non, le président de la République a la latitude d’apporter des changements», a expliqué Mohamed Issimaila qui a rappelé le livre d’Antoy Abdou, ex-membres de la Cour constitutionnelle qui appelait à une réforme de cette instance.

Intéressé par le projet constitutionnel, Mohamed Issimaila estime que la recommandation du nouveau projet de révision constitutionnelle visant à supprimer les postes de vice-président et de conseiller est pertinente. «Qu’on se pose la question de savoir si les vice-présidents sont d’un apport effectif pour le pays. Dans le cas contraire, il convient de les supprimer au même titre que les postes de conseillers», a-t-il proposé avant de clôturer son propos. Quant au vice-président, Abdallah Saïd Sarouma, il affirme qu’ «on va en finir le 30 juillet avec la constitution en vigueur depuis 2001. On retient les articles les plus pertinents pour enrichir le nouveau projet de révision constitutionnel avec les recommandations issues des Assises».

Les dés sont jetés

Il met l’accent sur l’importance de retenir les avantages de la constitution en place mais il persiste et signe sur le changement de la constitution de 2001. Abdallah Saïd Sarouma rejette en bloc l’idée selon laquelle l’autonomie des îles est de l’histoire ancienne. Il pointera également du doigt la multitude de fonction publique «synonyme de gabegie et de gestion incertaine». «Certains perçoivent des salaires sans qu’ils apparaissent dans un fichier alors que d’autres reçoivent deux salaires au niveau de l’Union et des îles», illustra-t-il. A en croire ses propos, l’opposition n’aura que 12% comme résultat au référendum «si elle daigne se présenter dans les urnes».

Devant l’assistance, le chef de l’Etat, Azali Assoumani, espère également «les 12% pour l’opposition ou bien 2% si jamais elle ne prend pas part au processus». A en croire ses propos, le train est en marche est quiconque voudrait le rattraper, «l’on ralentira pour le prendre». Le président de l’Union appelle les Comoriens à se rendre très tôt dans les urnes et à préserver la paix ce jour-là «parce que certains s’attendent à un trouble dans un bureau sur cinq-cents pour crier aux troubles». Pour lui, le taux de participation renforcera sa position dans la mesure où, «une participation massive démontrera que l’opposition est minoritaire». Azali Assoumani veut donc un Oui à 88% sans encombres ni troubles raison pour laquelle, il met l’accent sur la responsabilité des villages pour veiller sur la paix.

Mohamed Youssouf / Alwatwan

4 commentaires sur Abdallah Saïd Sarouma «l’opposition aura comme résultat, 12% au référendum»

  1. Car c’est vrai azali est impopulaire aux Comores même chez la diaspora, nous connaissons tous la chanson qui consiste à manipuler l’opinion pendant qu’on se prépare à sortir de nouveau les 104% le 30 juillet.

  2. et si ces 12% étaient pour azali ce qui est vraisemblable vu son impopularité au lieu de manipuler l’opinion qui s’en fout de l’hystérie d’azali et de ses sbires.

  3. BADI WOUKA WAZIRI HAWPOU RAISSI WAHE DAWOULA YA KOMORI NGNANGOU ! M’GOU NARIHIFADHU YARIVOUKICHE YARIWASSULICHE NEMAZETWANI YARITSOUNGOULIE ZEKHAIRI YARIPOUWE NA WOUNAFIKI NA N’DRABO NA WIDZI

  4. le pouvoir a déjà planifié 12% pour l’opposition comme si l’opposition s’est déclarée aller en élections.
    l’opposition cherche à un rétablissement constitutionnel afin que toutes élections qui suivent soient propres et accepter par le peuple.

Répondre à Mohamed issa Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*