Ablation du VP DJAFFAR : une crise qui met l’État dans un état critique

L’heure fatidique est arrivée, Azali vit ses dernieres heures au pouvoir. Effectivement, il multiplie les grimaces pour cacher que son pouvoir est aux abois : il peut même dire que l’ablation d’un seul rein ne signifie pas mourir . Mais puisque les autres organes que sont les deux gouverneurs ne répondent plus, il est clair que son pouvoir est dans un cul de sac.

Quel paradoxe ? Personne n’a jamais entendu l’union africaine et les nations unis se rendre quelque part pour apporter un soutien à une démarche unilatérale. L’objectif de se rendre aux Comores c’est pour parvenir à la paix en prônant la stabilité et la recherche dune solution inclusive a la crise. L’ignorance ? Ce n’est pas si différend, c’est même ridicule que kiki se met à nous raconter ses fanfaronnades pour faire croire aux naïfs que la communauté internationale emboite le pas en Appuyant le referendum. Dans ce cas, la communauté internationale envoie des observateurs électoraux et non des émissaires de la paix. En clair cette délégation est investie d’une mission d’éviter une effusion de sang par la nécessité de convaincre Azali d’arrêter la machine de son entreprise macabre qui broie avec une brutalité inouïe tous ses opposants politiques.

À la dernière nouvelle, dans la jungle de beil salam, nos dinosaures ont l’air terrible.
Et pour cause : la première dame qui pratique le braconnage a mis deux spécimens dans une cage. Pour se faire, l’argent est techniquement en perfusion pour s’assurer qu’une injection épidermique à dose de cheval va calmer les deux loups garou et les rendre docile. Cette photo qui fait le buzz soulève des inquiétantes questions a propos de cette technique du première dame qui consiste à superviser elle même le contrôle de ces deux loups garou qui rongent a quatre pattes après avoir appris que le gorille enragé a lâché l’appareil qui les maintenait en vie.

Enfin, Pour couronner le tout, l’armé est envoyé en masse à Mohéli pour prendre en chasse les élus de cette Ile qui ont signé un mémorandum demandant à Chabhane et Fazul de briser le silence.
Le mélange est explosif et Azali est en passe de le prendre en plein figure. Et puisque ce n’est pas un événement politique passager mais il s’agit de rédiger l’histoire du pays, Chabhane va épargner ses enfant de porter le patronyme de celui qui a vendu l’ile et qui a enterré la tournante en entrainant dans sa tombe tous ceux qui ont combattu la dictature répugnante d’Azali

Par Cap Patrie

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*