Aboudou Soefo justifie « sa » tournante 

On peut aller à Canossa et revenir  paré des attributs de la gloire (anglaise) de Waterloo. Ainsi d’Aboudou Soefo  qui a négocié  la tournante et qui n’a aucun mal à la présenter comme un succès authentique même s’il souhaiterait  son abrogation…Lisez ici ce qu’il a écrit à ce sujet sur facebook 

« La tournante : parlons -en. 

Il est facile, trop facile de s’en prendre à la tournante et à ceux qui l’ont validé il y a 18 ans. Tout comme ce n’est pas l’idéal pour notre pays de s’être vu amputer d’une partie de son territoire depuis plus de quarante ans. Tout comme il n’est pas du souhait des Coréens de voir leur pays partagé en deux depuis plus de 60ans.

Certains fustigent le Président Azali  pour n’avoir pas initié un débarquement militaire à l’époque pour mettre un terme à la sécession d’Anjouan. Comment allait-il avoir la caution et le soutien de la communauté internationale, lui qui était au banc des accusés pour avoir pris le pouvoir par la force. Sans oublier que feu Pdt Taki Abdoulkarim l’a initié sans succès. Sans oublier que Taïwan ne serait pas resté séparé de la Grande Chine Populaire s’il suffisait de régler le problème par le seul recours à la force. 

On ne peut pas apprécier une situation politique sur le plan historique sans la placer dans son contexte. 

Lorsque le 1juillet 1999 le Pdt Azali initiait son processus de réconciliation nationale par la rencontre avec le Colonel Abed à Fomboni, la délégation anjouanaise à refusé de mettre ses pieds au palais de Bonovo, le considérant comme un symbole de l’Etat. Lors des débats au niveau du Comité de Suivi, la délégation du pouvoir que j’ai eu l’honneur de conduire a réussi à mettre un terme à la revendication anjouanaise de  » Union des états  » suite à un combat intense.

La volonté de parvenir à la paix et à la réconciliation nationale conjuguée au rapport de forces de l’époque à conduit à la validation du principe de la Tournante. 

Faut-il la supprimer ? Personnellement, et c’est aussi la position du Radio, oui. À condition de réunir les conditions à cet effet. Et aujourd’hui nous estimons que les conditions ne sont pas réunies, à commencer par la mise en confiance des îles entre elles. La faute à qui ? À la mise en oeuvre de la Tournante par l’ensemble de la classe politique durant ces 15 ans d’exercice de la tournante. 

Le fameux  » yinu nde yatru  » n’est acte nul part : ni dans la Construction de l’union ni dans les  » loi fondamentale  » des îles autonomes. 

Nous pensons qu’il est possible de s’attaquer aux effets pervers induits par ce fameux  » yatru « . Nous pensons d’ailleurs que c’est prioritaire. Car la suppression de la tournante n’a pas en soi comme corollaire la fin de » Yinu yatru « .

Il importe donc à ce qu’on puisse rassembler les conditions nécessaires à un débat serein et sans tabou. »

Ali Moidjié 

3 commentaires sur Aboudou Soefo justifie « sa » tournante 

  1. C’est oui ,moinagnatrou si tu n’est aveugle tu es fou on est gouverne pas un pays par tour de rôle .un pays c’est ni une direction d’entreprise ni un conseil d’administration d’une banque pauvres Comores le mongozi la prévenu wounou tsi msadjadja .nalike fou lahagnou

  2. De quel Abdou Soefou parle-t-on ici? celui qui a essayé de retirer nos revendications sur l’île comorienne de Mayotte de l’ONU.
    J’ignorais que c’était encore lui qui nous a mis dans ce système de partouze dite de la tournante.
    Quelle perversion?
    Cet individu est un traître, sa place est dans les poubelles de l’histoire.

  3. Peut-être que beaucoup de comoriens partageront l’avis de M. Soeuf car toute chose présente bien ses atouts et ses inconvénients, mais c’est un peu tard car Bazi a plutôt réussi à situer l’action au bon moment et au bon lieu. Notre président, son excellence M. Azali a droit à mettre à terme son mandat car il va de son mérite, la loi l’autorise qu’on le veuille ou non, 26 mai 2016 à marqué le tour de Ngazidja et la chance l’a sourire, laissons notre grand frère diriger le pays de son mieux. En revanche, 26 mai 2021 marque la fin du tour de Ngazidja, il est un devoir à tout un chacun d’accepter le tour d’Anjouan, c’est son droit et même son droit inaliénable et le 27 mai 2026 le tour de Mwali. C’est vers la fin du mandat de Mwali qu’on devrait faire le bilan de la fameuse tournante, l’améliorer ou la remplacer. À l’histoire d’en juger!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*