Accident mortel de kwassa à Shindini

La frêle embarcation a chaviré et causé la mort d’un enfant de moins de 10 ans, et un blessé grave transféré à l’hôpital.

Le monde de la mer est encore une fois en deuil avec ce kwasa kwasa parti dans la matinée du samedi 23 juin à destination de Shindini avec à son bord des passagers et plusieurs colis. Après une traversée mouvementée par une mer agitée, l’entrée à Shindini s’est avérée périlleuse et a eu raison de la frêle embarcation qui chavirera faisant un mort, un enfant de moins de 10 ans, et un blessé grave transféré à l’hôpital.

Comme à chaque accident mortel, le débat sur le transport des passagers en kwasa, ces embarcations faites pour la pêche côtière et qui se sont imposées dans le paysage des transports maritimes comoriens, se pose sans que de réelles solutions soient envisagées.

Une chose est sûre. Un billet d’avion à 30.000 fcs pour un aller simple, Moroni-Mwali, avec la franchise de 15 kg, n’est pas fait pour attirer le commun des Comoriens, contrairement à un kwasa à 10.000 francs la traversée et une franchise presque illimitée qui permet aux paysans et aux pêcheurs de venir écouler leur production à un bon prix dans la capitale fédérale. Sans compter la souplesse du voyage en kwasa. Contrairement à l’avion, il suffit de se rendre au port pour prendre la première vedette en partance sans formalité particulière.

Mais malgré des indéniables avantages, le voyage par kwasa présente d’énormes risques. Il a, cependant, le mérite de poser un débat et d’interpeller les pouvoirs publics soucieux d’améliorer l’ouverture du pays avec le monde extérieur mais qui néglige les transports intérieurs pourtant facteurs de cohésion nationale dans notre pays insulaire avec ses spasmes séparatistes périodiques.

Riziki / Alwatwan

3 commentaires sur Accident mortel de kwassa à Shindini

  1. Encore le visa balladur qui fait des drames humains , un visa imposé aux Comoriens pour se déplacer au sein même de leur propre union mensongère et bananiere .
    Nous n’ entendons pas ces pseudo-humanitaires Comoriens déplorés cette perte de vie humaine bien-sur si les barques chavirent entre les iles de l’ union , les morts sont considérés comme moins que rien , mais si cela se déroule entre le bras de mer qui sépare Anjouan et Mayotte , ces mythomanes et ces hypocrites Comoriens élèvent leurs voix que pour se ridiculiser .

  2. M.Ahmed Omar, les comores: c’est magouilles, vols,viols à part ça pas grand chose a mettre sous la dent.
    C’est une réalité indeniable.

  3. Tout cela est scandaleux. Lorsque l’on veut ) Mohéli des agents du gouvernorat assis pour enregistrer des passagers (et surtout comptabiliser l’argent) et quand on voit à Chindini le collectif des pêcheurs qui fait ce boulet d’enregistrement des passagers et collecte l’argent dont les 500FC soit disant pour d’éventuels de recherche en mer, c’est de la rigolade ! le gouvernorat n’a pas vocation à comptabiliser des gens et puis à prélever une taxe. Ces embarcations ne sont pas destinés au transport maritime puisque s’elles sont certifié pour une mer de niveau 3 mais c’est pour 3personnes (pêcheurs). Là elles amènent une douzaine de personnes. Par ailleurs, à chindini, on connait pas ce que c’est la météo. Donc, il faut que l’Etat ou le Gouvernorat fasse afficher tous les matins des avis météo indiquant l’état de la météo et que les embarcations obtiennent tous les matins une autorisation de traversée. Cela réduira à 80% les risques d’accident qui sont au moins un mort par an

Répondre à PEYRE Léo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*