Affaire Hamboda : Le promoteur du projet sort de son silence

wpid-screenshot_2015-11-03-11-22-02-1.png

Advis Dijoux, promoteur du projet immobilier de Hamboda à l’origine du démêlé judiciaire entre l’homme d’affaires Omar Mouhsine et la société SNPSF, dénonce des zones d’ombre sur cette affaire. Dans une conférence de presse tenue le week-end, il accuse M. Mouhsine de ne pas remplir le contrat et demande une équité judiciaire.

image

Le promoteur du projet immobilier de Hamboda sort de son silence quelques jours après l’opération musclée de saisie de biens effectuée sur la société SNPSF, principal bailleur de fonds du projet. Advis Dijoux dit s’étonner d’un démêlé judiciaire qui n’a pas raison d’être et nie avoir reçu des matériaux de l’homme d’affaires, Omar Mouhsine.

Sur le matériel supposé emmagasiné dans un entrepôt du business man et dont la SNPSF en aurait fait le constat, M. Dijoux fait savoir que cette société d’Etat n’a pas les compétences requises pour « constater la qualité du matériel».

A l’en croire, le contrat n’aurait pas été rempli par le fournisseur qui livrait des marchandises d’une valeur de 60 millions en octobre 2014, sur un total de 750 millions prévus au départ du contrat entre la société nationale de poste et des services financiers et l’homme d’affaires comorien.

L’entrepreneur a également fait part des difficultés rencontrées au départ du projet, notamment sur la lenteur du déblocage de financement malgré la bonne volonté du partenaire financier.

Il évoque une sorte d’acharnement judiciaire à son encontre en mai 2014 quand une décision judiciaire lui avait retiré ses matériaux et équipements de production d’une valeur, dit-il, de 500 millions fc.

« Nous avons été victimes, mes 160 salariés et moi, de documents frauduleux, utilisation et malversation par des auxiliaires de justice assermentée », a dit M. Dijoux qui réclame une équité judiciaire et aucun privilège.

Le projet immobilier Hambouda est une résidence qui devrait compter près de 225 villas et 600 appartements à livrer clés en main, au sud de la capitale.

Maoulida Mbaé /Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*