Affaire Mamadou: La réaction de Saïd Larifou 

Président du parti RIDJA, Saïd Larifou pense que ce n’est pas bon pour l’image de la justice. Il estime en même temps qu’il faut que la justice soit la même pour tous, pour les petits comme pour les puissants.  Choqué par ce système judiciaire, il trouve cela non seulement triste mais aussi un peu indigne. Saïd Larifou n’a pas caché ses mes contentements vis-à-vis du gouvernement qu’il croit avoir perdu le sens de l’autorité. « La politique menée actuellement par le gouvernement qui se limite à des spectacles politico médiatiques dessert la justice et la cause qu’il prétend défendre à savoir l’impunité, la corruption et le détournement des deniers publics. Cette politique manque de constance et de fond et pourtant cette lutte est à notre portée sans avoir besoin de recours d’experts étrangers. Exigeons à ce que les contrats publics lorsqu’ils dépassent certains seuils soient intégralement publies dans les journaux et que la corruption et les détournements des deniers publics soient qualifiés de crime et imprescriptibles et les auteurs de ces faits soient privés à vie des mandats électifs », a-t-il  proposé. 

Pendant  que beaucoup de gens disent que le renvoi de Mamadou devant la justice ne dévoile qu’une toute petite partie de la glace dont on ne voit qu’une toute petite partie immergée et dont on ne voit pas l’énorme bloc, qui est toujours caché sous la mer, Saïd Larifou pense que le gouvernement doit être méthodique et laisser la justice faire son travail. « La politique que le gouvernement déclare vouloir menée de lutter contre la corruption et détournement des deniers publics est marqué par le spectacle l’omniprésence de la politique politicienne et l’opinion n’y croit plus. Le travail est donc titanesque et demande méthodologie et fermeté et doit être éloigné de toute forme de démagogie », a-t-il développé. 
Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*