Affrontements de Bahani : Trente-et-une personnes jugés en flagrant délit

C’est aujourd’hui qu’on connaitra le sort de trente-et-une personnes arrêtées lors de l’intervention de l’armée nationale samedi dernier à Bahani et Dzahani II. Sur les soixante-dix personnes arrêtées, trente-et-une ont été entendues hier au palais de justice de Moroni. Quinze sont actuellement en mandat de dépôt alors que seize ont été relâchées jusqu’aujourd’hui.

Une trentaine de personnes va devoir passer aujourd’hui au tribunal de flagrant délit. Selon le procureur de la République, Hamidou Ali Mohamed, sur les soixante-dix arrestations, on comptait cinquante hommes et vingt femmes. Toutefois,

les femmes et les hommes âgés arrêtés ont été relâchés depuis samedi dernier, a-t-il fait savoir.

Pour les autres, Hamidou Ali Mohamed a confié qu’elles sont accusées d’agression contre des éléments de l’armée nationale, entrave à la circulation, dégradation de biens et désordre public.

Quant à la question principale, qui n’est autre que le passage des camions poubelles dans la région d’Itsandra, la réunion qui a été prévue hier au ministère de l’Intérieur n’a pas eu lieu.

Interrogé à ce sujet, le maire de la commune de Djumwashongo, Moustoifa Mohamed, a affirmé qu’aucune solution n’avait encore été trouvée au sein de la région. « Les gens se préoccupent de la libération des autres. On n’a pas encore eu le temps de s’asseoir pour bien étudier la question. Ça revient aux autorités étatiques de gérer cette situation », a estimé le maire de la commune de Djumwashongo.

Nazir Nazi/ Alwatwan

Titre modifié

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*