En ce moment

Agressions sexuelles: Ben Abdallah fustige l’émotivité de Rahamatou Goulam

Libre opinion parue dans La Gazette des Comores de ce lundi :

Non, je refuse de rester indifférent à la démolition de la vie et de la réputation d’un honnête homme sur la base de rumeurs assassines et d’accusations gratuites. Non, je refuse de laisser l’émotionnel et le sensationnel prendre le dessus sur le rationnel au risque de compromettre les vrais enjeux de la cause que nous portons sur la lutte contre les viols et les agressions sexuelles.

Je peux comprendre , je pourrais même laisser passer le dérapage commis par Abdallah Agwa, puisque ça fait un moment que ses sorties fracassantes ne branchent personne. Tellement l’opinion s’est habituée à ses dérives verbales avec la pratique du lynchage qui est propre à lui. Mais qu’une combattante, une militante de premier plan, une leader d’opinion de la société civile se laisse embarquer dans le terrain du sensationnel sur un sujet aussi délicat jusqu’à livrer en pâture un homme sans histoire sous le coup de l’émotion, cela est inadmissible, inacceptable, intolérable.

J’ai beaucoup de mal à y croire qu’une femme de grande expérience comme Rahamatou Goulam, porte-drapeau de la cause humaniste de lutte contre les violences et agressions faites aux femmes et aux enfants se laisse sombrer dans une telle légèreté. Son attitude sur ce cas de figure suscite des questionnements sur le moral et le professionnalisme des acteurs agissant dans ce domaine de la société civile. Surtout dans une cause hautement sensible.

Comment a-t-elle pu oser s’appuyer sur des propos imagés tenus par Abdallah Agwa pour s’en prendre à un homme au parcours irréprochable, sans même l’ombre d’une preuve ? Était-ce une manière pour elle de mettre en  valeur sa réputation de combattante impartiale au détriment de celui qui est sensé être son frère, Fouad Goulam ?

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Fouad Goulam qui exerce aujourd’hui les fonctions de commissaire général au plan, c’est un homme qui a voué toute sa vie dans l’enseignement. En 1978 il enseignait déjà au collège. Un parcours sans faute. Grand pédagogue, Fouad Goulam a exercé plusieurs années à l’Université, notamment à l’IFERE. Là aussi un parcours irréprochable. Il a aussi servi dans l’administration et jamais il n’a fait l’objet de soupçons de comportement pédophile. On me dira qu’il aime les femmes, je répondrai que moi aussi. C’est ce qui fait de nous des hommes. Mais pas forcément des pédophiles. Les femmes, on les aime énormément et on les respecte beaucoup. Seulement il faut qu’on arrête de tirer de conclusions hâtives sur les gens sur la base d’une simple rumeur. Sinon où est la preuve de ces accusations ? Aucune.

Oui, nous sommes tous inquiets et choqués par ces agressions et ces viols en cascade qui défraient la chronique ces derniers temps. Mais ce climat de psychose n’est pas une raison de se laisser emporter au risque de porter préjudice aux vrais victimes. Un minimum de vigilance et de bon sens ferais du bien à tout le monde.

Mon soutien total au grand frère FOUAD GOULAM.

BEN ABDALLAH YOUSSOUF (Abu Malha)

À lire aussi sur le même sujet: http://www.comores-infos.net/pedophilie-fouad-goulam-livre-en-pature-par-sa-propre-soeur/

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*