Agwa arrêté, la liberté d’expression en deuil

Opinion libre :Le PIGN, un club de mercenaires sous les ordres de KIKI prend en otage les Comores et s’illustre par des actes inhumains notamment les tortures consistant à faire boire leurs urines à des prisonniers, l’arrestation et les tortures sur des femmes enceintes pour la simple raison qu’elles étaient dans la rue au delà de 22H sans une pièce d’identité.
Pas plus qu’avant hier, ils se sont introduits comme des vulgaires voleurs puant le « bangué » dans la résidence du Candidat MAMADOU pour soit l’enlever ou lui soutirer des sous.
Ils ont pris la fuite face à la supériorité numérique des partisans de MAMADOU.

AGOI est donc dans les mains des voyous de la république et c’est tout le pays qui est plongé l’inquiétude.
AGOI a beaucoup de chances de ne pas vivre les sois-disant élections puisque ses informations dérangent un pouvoir à la pensée unique.
AGOI le savait; il appartient désormais aux comoriens privés de la seule communication rationnelle et vraie de se lever comme un seul homme pour arrêter l’inacceptable prise d’otage de notre pays.
Harcelons ce régime par des manifestations dans nos villages, dans nos villes, dans nos capitales!
Désertons les administrations et organisons des îles mortes.
Un peuple qui n’agit pas contre les injustices mérite l’esclavage.
A l’équipe de Facebook FM, je les adresse mes vœux de courage et de la continuité.

BEN ALI.

1 commentaire sur Agwa arrêté, la liberté d’expression en deuil

  1. Le peuple comorien est un peuple peureux. Les pays démocratiques ont acquis leur liberté par le sacrifice et la lutte. Qu’on se le dise ! Alors, Peuple comorien, debout et en avant pour couper les têtes à tous ces corrompus !

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*