Ahmadiyya Muslim : Expropriés mais obligé à régler les factures d’électricité de la police ?

Mosquée Ahmadiyya transformée en poste de police avancé à Mirontsy
Ahamadiyya Muslim
Mosquée devenue poste de police à Anjouan

Après l’expropriation, la communauté Ahmadie mène un autre combat. Transférer leur police d’abonnement avec EDA pour ne pas avoir à payer la consommation électrique des occupants de leur lieu de culte. C’est ce que Sedo Darouech, un des fidèles de cette communauté dénonce à Comores-infos. « Sinon, comment expliquer qu’on a signé une police d’abonnement et acheté un compteur avec EDA et cette société refuse de transférer notre compteur et branchement comme cela se fait habituellement avec tous les clients qui le demande ?  » s’interroge-t-il.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Pour la communauté Ahmaddya-Muslim, c’est une injustice de plus « nous avons signé une convention avec Eda et nous savons que le temps que notre lieu de culte sera légalement occupé comme cela se passe, nous aurons à solder les factures d’électricité qui seront laissées par la police nationale et voilà qu’on nous refuse de transférer notre branchement ou de le résilier. Le directeur de cette société dit qu’il ne peut pas le faire sans l’ordre de Moroni. Et lorsque nous nous sommes rendu voir le responsable de la police, il nous dit que c’est au ministère de l’intérieur d’autoriser ce transfère et non la police. Ça sous-entend que la consommation électrique de la police sera redevable à notre communauté et c’est inadmissible. »

Sedo Daouech ne compte pas en rester là. « Nous allons porter plainte. Car nous sommes légalistes et nous voulons la paix. Mais nous ne pouvons pas rester les bras croisés et avoir à payer une consommation électrique de la police après…  » Estime l’un des plus anciens ahmadis des Comores, Sedo Darouech.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*