En ce moment

Ahmed Ali Amir, un héro enterré vivant par Azali Assoumani et ses collaborateurs

Ahmed Ali Amir était un symbole,un miroir et un repère des journalistes comoriens. Alorsqu’on s’approchait des élections du référendum de 2018, Azali Assoumani a limogé AAA au poste du directeur général du quotidien Al-watwan avant de placer un ignare, un des ses pions Maoulida Mbae à la tête de ce journal étatique.Un grand ennemi de la langue française.

Mais à la surprise générale, le chef de l’Etat a réussi à lui convaincre de le rejoindre. AAA a laissé tout ce qu’il a construit pendant presque 30 ans pour aller servir la dictature. Aujourd’hui, AAA est devenu une cible de ses anciens collègues et amis. Depuis qu’il est placé à la tête de la communication de Beit-salam, les arrestations de ses anciens collègues ont multiplié bien que sa mission était d’établir un lien entre la presse et la présidence. Une mission qui a totalement échoué. La majorité des journalistes s’est déjà prononcé contre les assises de la presse prévues le mois de janvier :  » nous ne pouvons pas aller s’assoir et parler de la presse avec des gens qui ne respectent pas les lois et notre metier « .

1 commentaire sur Ahmed Ali Amir, un héro enterré vivant par Azali Assoumani et ses collaborateurs

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*