Ahmed Ali Amir violemment pris à partie par la diaspora: « un vendu »

La nomination de l’ancien directeur d’Al-watwan à la présidence n’en finit pas avec les lots d’insultes. Ahmed Ali Amir jusqu’ici perçu comme journaliste modèle a fait l’objet de propos violents dans la manifestation hebdomadaire des Comoriens de Paris. « Pendant les autres résistent devant les intimidations et toutes sortes de violences, lui il a mordu à l’appât. C’est honteux », devait déclarer un intervenant, faisant allusion aux deux tourtereaux Abdallah Agoi et Oubeidillah Mchàgama qui croupissent en prison depuis maintenant plusieurs mois sans aucune forme de procès. « Un journaliste qui suit intérêt n’en est pas un, en vérité c’est un INTÉRESSÉ. Azali cherche des gens qui lui ressemblent, et décidément il rafle, notamment Ahmed Ali Amir ».

Plusieurs fois directeur du journal de l’Etat Al-watwan, le surnommé AAA (lire triple A) fut limogé il y a plusieurs mois par Azali Assoumani qui vient tout juste de le nommer coordinateur de la communication de la présidence de l’Union. La manifestation du jour se déroule sous une pluie battante. Elle n’a pas pu mobiliser beaucoup de gens contrairement aux précédentes rendez-vous. Le ramadan y est pour quelque chose, apparement.

1 commentaire sur Ahmed Ali Amir violemment pris à partie par la diaspora: « un vendu »

  1. Ahmed Ali Amir récolte ce qu’il a semé. c’est un opportuniste manipulateur lorsque Azali l’a viré d’Alwatwan, il a crié au scandale pour être soutenu par l’opinion publique et surtout ses confrères de tous les médias et pressés mais hélas le masque vient d’être tombé, et on voit le vrai visage de ce faux héros qui tourne le dos à ses compagnons d’armes pour faire allégeance au bourreau. celui-ci trouve un vrai nom : »le traître  » mais un traître ne va pas plus loin.
     » langage harambuwa for a katsina du hadaliha… »

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*