AIMPSI: La descente en enfer du dernier fleuron étatique

​Qui on aurait cru que cette entreprise d’État, qui est l’une de rares structures rentables du pays, peut tomber en faillite en l’espace de si peu de temps.

Depuis l’existence de l’AIMPSI (aéroport international de Moroni prince Said Ibrahim), il y a plus de 40 ans, elle a toujours été une entreprise prospère et source de revenus pour l’Etat pour ses fonctionnaires.
Des centaines de nos compatriotes qui y travaillent avec dévouement et détermination gagnèrent parfaitement leur vie

Il faut dire qu’elle a toujours eu des bénéfices et son chiffre d’affaires lui permettait encore de réinvestir. Malheureusement, cette belle image dont jouissait celle-ci n’est qu’un loin souvenir. Selon des informations, les choses ont bel et bien changé depuis la nomination de Omar Mohamed au poste de directeur général, durant le mandat du président IKILILOU, il y a 5 ans par madame la présidente, maman Halouoi pour service rendu.

Pire encore, cette société qui fait l’objet d’un pillage systématique est sous la sellette. À l’époque, avant l’arrivée du clan Hikililou, l’entreprise qui comptait plus de 150 salariés était une référence. Cinq ans se sont écoulés, la masse salariale a augmenté plus de 7%, soit au total de 1000 salariés actuellement.

Du coup, les avantages auxquels les employés avaient droit ont été supprimés. C’est le cas de la prime du 13 eme mois versée à la fin de l’année qui permettait à chacun de joindre le deux-bouts. La prime pour les jours de fête et le panier du jour KAVATSI  ZITOLWA pour ne citer que ceux-là. Ce sont les Conséquences directes des embauches fantaisistes et électorales. Aujourd’hui, les salaires ne sont pas versés régulièrement.

Mais, il faut le dire, un point de rupture a été atteint l’an passé, pendant les jeux de l’Ocean Indien (COI ) à Saint-Dénis( Ile -de Réunion). Par exemple, la société était mise à contribution pour payer le voyage du président et pour une forte délégation qui l’accompagnait alors que les 1000 salariés n’étaient pas payés depuis un peu de temps. Mais peut-on qualifier cela d’égoïsme ou de méchanceté Quel gâchis?

Ce qui est le plus étonnant et le conflit d’intérêt qui existait pendant 5 ans entre l’AIMPSI et sa propre société. Elle est la seule à rafler les appels d’offres sur les produits d’entretiens de l’aéroport. De la même façon que les marchandises de sa propre société sont dédouanées au nom de l’AIMPSI.

Chose grave encore, la terreur qui régnait au sein de la société au cours de ces 5 dernières années. En effet, les employés ont vu leurs avantages supprimés de manière illégale sans oser lever le petit doigt ou manifester leurs mécontentements, mais aussi, il semblerait qu’à l’intérieur de cette entreprise, les salariés étaient victimes de terreur et de harcèlement de tout genre. Tous ceux qui osaient critiquer cette gestion ou réclamaient leurs droits, étaient menacés de licenciement. C’était une pratique mafieuse.

Pour rappel, lors d’interview sur ORTC, ce PDG avait déclaré face à un journaliste d’ORTC sur une question concernant l’endettement de la société depuis qu’il est aux commandes et voici sa réponse sanglante: «si la société est aujourd’hui endettée, c’est parce que nous avons beaucoup investi», fin de citation! Joli pour un cadre d’en haut!!! Alors, nous y voilà 3 mois après la nomination de M.Yasser Ali assoumani au poste de DG, en remplacement de M.OMOR Mohamed. Nous espérons que ce nouveau DG sera à la hauteur de la tache pour sauver l’AMPSI et qu’il rétablisse le dialogue avec les salariés avec le truchement du Syndicat.

On aura tout vu sous l’ancien règne du roi du docteur IKILILOU et la reine maman HALOUOI , toutes les sociétés d’État ont été pillées.

Ibrahim ABDALLAH

2 commentaires sur AIMPSI: La descente en enfer du dernier fleuron étatique

  1. C’est pas une honte c’est ça quand on a des dictateurs la famine arrive en douceur attendez la fin du mandat de votre azali le seul discour que vous avez c est mayotte vous êtes habitués à la souffrance

  2. LES COMORES SONT ADMIS AUX NATIONS- UNIES PAR «  » RUSE «  »
    CONFORMEMENT A LA CHARTE DES NATIONS-UNIES, UN ETAT NE PEUT DEVENIR MEMBRES DES NATIONS-UNIES QUE S’IL EST PACIFIQUE <>
    – EN AOUT 1975 UN DICTATEUR NOMME ‘ ALI SOILIH ‘ RENVERSE LE PRESIDENT ELU ET ACCAPARE LE POUVOIR.
    – LE 12 NOVEMBRE 1975, ALI SOILIH ENVVOIE SAID MOHAMED DJANFFAR POUR SOLLICITER L’ADMISSION DES COMORES AUX NATIONS-UNIES.
    LES NATIONS-UNIES BAFFOUENT ALORS LES CHARTES POUR FAIRE ADMETTRE LES VOEUX DU DICTATEUR ‘ALI SOILIH ‘. LES COMORES SONT FINALEMENT DEVENUS MEMBRE DE L’ONU PAR CE PROCEDE HABILE, SPECIALITE COMORIENNE.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*