Al-fajr et Albilad ou comment se faire des sous par le mensonge !

 »Mentir, désinformer, intoxer l’opinion, il restera toujours quelque chose ». Voilà la devise chère à la CRC reprise par ces feuilles des choux que sont Al- Fajr et Albilad.

image

Sambi est toujours une aubaine pour verser leur dévolu sur lui et en même temps amasser de l’argent en écoulant leur vomis imprimé,

convaincus qu’ils sont que le nom « Sambi » imprimé sur une simple feuille incite l’opinion à lire la suite, tellement cet homme populaire intéresse beaucoup de gens y compris ses ennemis déclarés comme la CRC.

Mais l’article de MMA paru le lundi 1er septembre en page 3 dans « Albilad » a de quoi choquer plus d’un tellement il sent le soufre de la malhonnêteté qu’est la ligne rédactionnelle de ce choux dans son style et son fond mensonger et grossier.

Oui !

Sinon comment un journaliste, un vrai, mais pas un siamois des médias peut-il oser écrire des inepties du genre: « le choix de l’ancien chef de l’Etat, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi se serait porté sur Hamidou Bourhane » ?

Mes observations d’abord.

– L’auteur de l’article est un imposteur, un poltron qui n’ose même pas signer ces salades et qui se cache derrière des initiales « M M A ».

Ensuite, il use du conditionnel tout en faisant porter la responsabilité sur  » des sources concordantes » et tout ça pour arriver à son vil but de manipulateur en écrivant : « convaincu que sa propre candidature aux mêmes élections a peu de chance d’aboutir ».

Le morceau est lâché : faire toujours croire à l’opinion que Sambi ne sera pas candidat et ainsi semer le doute partout, dans le vain espoir de voir les électeurs de Sambi et de son parti juwa se reporter sur votre candidat esseulé.

Quel gâchis !

Non monsieur Ahmed Abdallah Mohamed Sambi est le candidat du parti Juwa.

Votre candidat, rejeté par Ikililou, éjecté par Mamadou et Msaïdié, essoré par l’Updc et écrabouillé par le RADHI, doit accepter de prendre sa retraite politico-militaire car il est mis hors jeu.

Il n’aura le soutien de personne et encore moins d’aucun parti politique. Parole donnée d’un de ses anciens serviteurs rescapé du bateau naufragé, la CRC, en dérive depuis 2006.

Hamidou Bourhane comme Ali Nassor ou tout autre homme politique de la place, roule pour lui tout seul comme un grand. Le juwa est un parti qui prend ses décisions en toute indépendance. Et je vous dis qu’aucune personnalité n’a ni le soutien de notre président d’honneur ni de celui du parti car il est lui-même candidat.

Et détrompez-vous pour retenir bien ceci une fois pour toute :

JUWA a un seul et unique candidat qui a comme nom : Ahmed Abdallah Mohamed Sambi .

Nous comprenons bien sûr votre fixation sur cet homme adulé par tout un peuple et qui abreuve votre bile de désespoir.

En effet, tout le monde sait que la présence de Sambi dans cette bataille en 2016 annule sérieusement toute chance, tout grain d’espoir chez votre homme. Dommage pour vous. Ce n’est pas rendre un service à votre candidat en essayant chaque fois que votre feuille se vend mal, d’aller tartiner Sambi et de le mettre à la Une de votre mensonger, plus vous le faites, plus vous attiser notre colère jusqu’ici bue mais qui peut vous emporter dans un tourbillon volcanique. Arrêtez alors tant qu’il est encore temps. Soyons clair pour aiguiser votre imaginaire débordante.

Retenez qu’il n’y a pas de plan B pour Juwa car le A est sûr, porteur, mobilisateur, défendable et bien vendable . N’en déplaise aux desperados de votre camp.

À qui la faute si les petits calculs de la CRC dans son alliance stratégique avec Ikililou ont tourné à l’aigreur ? Au juwa ?

À Sambi ou à votre myopie politique qui vous a embué l’esprit pour comprendre qu’Ikililou ne peut que vous lâcher. Vous croyiez peut-être nous arroser d’essence et nous bruler vif avec votre entrée chez mma Haloua par la fenêtre de la cuisine. Non? A

ujourd’hui Mamadou vous a arrosés de Carozone et vous brulera au charbon en 2016 sous nos regards émerveillés de tous vos adversaires politiques.

Rendez-vous en février-mars

BRAHIMA Mhoumadi Sidi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*