Allocution du Président de l’Union des Comores, Azali Assoumani, lors de la Cop22 à Marrakech

Je voudrais, au nom de la délégation comorienne et en mon nom personnel, joindre ma voix à celle des éminentes personnalités qui m’ont précédé devant cette auguste Assemblée, pour exprimer nos sentiments de gratitude à Sa Majesté le Roi Mohamed V, au Gouvernement et au peuple du Royaume du Maroc, pour l’accueil chaleureux et fraternel ainsi que l’hospitalité généreuse, qui nous ont été réservés depuis notre arrivée dans ce beau payset dans cette belle ville historique de Marrakech, qui a su allier la tradition à la modernité.

Nous sommes heureux d’être là aujourd’hui et fiers avec le peuple marocain, que le Royaume du Maroc soit le premier pays Africain, à accueillir la Conférence des Parties sur les changements climatiques en abritant cette COP22, et devenir ainsi, le symbole et le témoin de l’engagement du combat mondial contre le réchauffement climatique, après la signature et la ratification de l’Accord de Paris lors de la COP21.

Je voudrais également vous féliciter, très chaleureusement, Monsieur le Président, pour avoir été investie de la confiance et de l’éminente responsabilité de diriger les travaux de cette conférence. Soyez assurés ; Monsieur le Président, de la coopération et du soutien pleins et entiers de ma délégation et de mon pays l’Union des Comores, dans l’exercice de  votre lourde mais exaltante mission.

Excellences,

Honorable assistance,

Voici un an déjà, depuis que la communauté internationale a adopté, par consensus, l’Accord de Paris sur le climat, réaffirmant ainsi la nécessitéd’enrayer les effets délétères du réchauffement climatique.

Certes, le chemin a été long depuis Rio-de –Janeiroen 1992. Toutefois des étapes importantes ont été franchies.

Initialement perçue comme une affaire de scientifiques, la question du réchauffement climatique a ébranlé la conscience des Nations, de leurs dirigeants et de leurs populations. Aujourd’hui, l’Accord de Paris fort heureusement adopté lors de la COP21, la COP de la décision, est entré en vigueur avant l’ouverture de la COP22, la COP de l’Action.

Mon pays, l’Union des Comores, qui vient de ratifier à son tour cet accord, s’en réjouit et joint ses efforts à ceux de toutes les Parties qui l’ont d’ores et déjà ratifié.

En effet, Les données scientifiques actuelles, mettent en évidence les conséquences des changements climatiques, en particulier pour les Pays les Moins Avancés et les Petits Etats Insulaires en Développement comme les Comores, pour qui il s’agit d’une question vitale.

Honorable assistance

Pour bon nombre de pays en développement, la réduction des émissions de gaz à effet de serre reste conditionnée à un soutien de la communauté internationale, notamment les pays industrialisés, sous forme de financements, de renforcement des capacités et de transferts de technologies.

L’Union des Comores, en décidant de réduire sensiblement ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, est consciente de s’engager à produire des actions laborieuses d’atténuation et d’adaptation aux effets négatifs des changements climatiques.

Ainsi, malgré sa faible contribution aux gaz à effet de serre, mon pays veut poursuivre l’objectif qu’il s’est fixé d’être un Puits de carbone et concourir à l’effort global de diminution de la concentration de CO2 dans l’atmosphère et participer ainsi à la réduction des émissions des gaz à effet de serre.

Pour maintenir cet objectif, l’Union des Comores  s’engage, pour les 15 prochaines années, notamment à travers la campagne déjà initiée dans le pays et intitulée « un comorien, un arbre », à reboiser, augmenter sa superficie sous agroforesterie et étendre ses aires protégées.

Monsieur le Président,

Mon pays considère  que ce Sommet doit être celui de la raison et de l’action surtout, et constituer un tournant dans l’histoire contemporaine, à travers un engagement politique renouvelé pour la mise en œuvre de décisions de portée réelle de l’Accord de Paris.

Il sera donc indispensable que les différents fonds, notamment le Fonds Vert pour le Climat, soient alimentés comme prévu et de manière pérenne par les pays développés, sans préjudice des dotations accordées au titre de l’aide publique au développement et que l’accès aux sources de financements soit simplifié, pour répondre aux attentes des communautés les plus vulnérables à la variabilité et au changement climatiques, notamment les PMA et les PEID.

A notre niveau, l’ambition des autorités et du Gouvernement comoriens, est de contribuer à accroitre l’indépendance et la sécurité énergétique, afin de soutenir la croissance verte pour laquelle le pays s’est engagé.

Ainsi, par la géothermie, nous visons la couverture maximum de la demande nationale en électricité tandis quel’énergiephotovoltaïque va parallèlementintégrer le système, à partir de l’année 2020.

Monsieur le Président,

Excellences, Mesdameset Messieurs,

Je voudrais, avant de terminer, émettre un souhait : celui de voir le succès de cette COP, agréablement organisée par mon Frère Sa Majesté le Roi Mohamed VI à qui je renouvèle ici toutes nos félicitations.

J’ose espérer que les graves menaces auxquelles nos Nations font face, telles que les changements climatiques, l’élévation du niveau de la mer, les catastrophes naturelles et écologiques, ainsi que les autres grands défis que nous devons relever ensemble, auront une issue heureuse à travers une mobilisation planétaire de la sorte et un engagement sans faille.

La réussite de cette COP22 contribuera à réduire l’insécurité, facteur de déstabilisation de nombreuses régions vulnérables et sera, pour les populations de la planète, notamment les femmes et les jeunes, un gage d’amélioration de la vie quotidienne ainsi qu’une contribution concrète à la prospérité commune et au bien-être de tous.

Vive la Coopération et la solidarité internationale

 

Je vous remercie

1 commentaire sur Allocution du Président de l’Union des Comores, Azali Assoumani, lors de la Cop22 à Marrakech

  1. LE PÉDANTISME DU COLONEL AZALI ASSOUMANI.
    AZALI est_il le CAMARA DADIS de la GUINÉE?

    Ce président prétentieux risque de finir comme le capitaine DADIS.

    Tout d’abord, sa naïveté pourrait lui coûter cher car, il fait confiance à des personnes qui sont attirés par son poste de président.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*