Amir Abdou « les étalons ont joué avec l’expérience »

L’équipe nationale des Iles Comores a perdu 2 à 0 contre les Étalons du Burkina au Stade du 4-Août de Ouagadougou le samedi 13 juin 2015. En conférence de presse d’après match, le sélectionneur de cette équipe Amir Abdou pense que son équipe a été à la hauteur face à une équipe burkinabè expérimentée.

image

Analyse du match : « Je tiens à féliciter cette équipe burkinabè qui a fait un gros match. On a été à la hauteur de l’évènement. On a fait une bonne première mi-temps. La fraicheur a beaucoup joué. Cela s’est joué sur les détails. Forcément par rapport à la préparation qu’on a eue, je ne suis pas là pour me plaindre, mais l’équipe du Burkina a joué trois match amicaux, nous on en a joué un. C’était difficile.

Cela s’est fait en deuxième mi-temps. On a flanché. Ça s’est joué à des détails sur des situations de jeu et sur un coup de pied arrêté. Je n’ai rien à dire aux garçons. Ils ont fait un excellent match. Même s’ils avaient le monopole du ballon, on a réussi à avoir des contre-attaques sur des phases de transition.

image

On aurait pu en mettre un en première mi-temps. Le sort s’est joué. Ils ont joué avec l’expérience. Nous on découvre la compétition. Il faut que le peuple comorien soit patient. Ce sont des matchs comme ça qui nous font grandir. Les joueurs sont conscients du match qu’ils ont réalisé. On va essayer de s’accrocher pour la suite de cette compétition».

Inefficacité des attaquants : « On a manqué de créativité sur l’aspect finition. On pêche un peu dessus. On arrive à créer des occasions mais on n’arrive pas à les concrétiser. C’est un défaut de notre collectif. On va pouvoir gagner en réussite.

Il manque juste un but pour que ce soit le facteur déclencheur. J’ai confiance aux garçons. D’autres joueurs de qualité (…) vont pouvoir nous rejoindre dans cette sélection qui est quand même pour moi une équipe qui a de la qualité, de la valeur et aussi de la détermination. Sur le plan tactique, on a rien à envier. Il y a eu beaucoup de disciplines. Ce qui nous a manqué, c’est la finition ».

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*