Anjouan: l’hôpital neuf reste désert

L’hôpital de Bambao dans l’île d’Anjouan a été offert par la Chine à l’Union des Comores. Flambant neuf et entré en service depuis un an, il reste désespérément vide, faute de personnel pour le faire fonctionner.

L’hôpital se dresse en pleine campagne, au milieu des cocoteraies et des champs de manioc et d’ylang-ylang. L’entrée, imposante, ressemble à celle d’un hôtel. Elle est ornée d’idéogrammes chinois. A l’intérieur tout est neuf et silencieux. Il n’y a personne à la réception, ni dans les services. En cherchant dans les couloirs impeccables on tombe sur le médecin urgentiste.

Le docteur Nourdine Said Ali reconnaît qu’il n’est pas débordé. « Il y a des services qui ne fonctionnent pas encore par manque de personnel » explique le médecin, « il reste beaucoup de choses à faire. Par exemple on pourrait subventionner les soins pour que les gens n’aient pas à payer beaucoup, et former des professionnels dans des spécialités qui n’existent pas ici ».

Pas d’argent, pas de radio

Le prix des soins est un problème. Les comoriens sont habitués à la médecine gratuite des dispensaires sous équipés, mais soutenus par un programme européen principalement financé par la France. Mais l’hôpital de Bambao ne bénéficie pas de ce programme. Tout y est payant et trop cher pour le revenu moyen des comoriens.

Il y a parfois des visiteurs. Ce matin-là, un papa amène son petit garçon tombé d’un arbre. « Il s’est cassé le bras », explique-t-il. « Pour faire une radio il faut payer 11 euros ». Il ne les a pas. Pas d’argent, pas de radio. On a mis une attelle à l’enfant le temps que le père réunisse les fonds pour payer la radiographie.

Les sages-femmes de service dorment

La maternité est impressionnante, dotée d’une salle d’accouchement très moderne. Là encore c’est le silence. Les deux sages-femmes de service dorment. Elles n’ont rien à faire. Leur étage est totalement vide.

Bruno Minas / Mayotte première

7 commentaires sur Anjouan: l’hôpital neuf reste désert

  1. Quelque chose nous échappe ici et là , on tous les jours les Grand Comoriens entrain de se vanter qu’il y a beaucoup des médecins hyper-spécialisés et hyper compétents or un beau structure flambant neuf ne fonctionne pas , faute de personnels qualifiés . Ou sont ils ces pseudos médecins pratiquant du charlatanisme si bien que nous sommes obligés de reparais les eaux cassés puisque tous ces patients de l’union des comores sont obligés de venir inondés tous les services du CHMayotte , leur dernier recoure .
    Y’ as meme certains patients COMORIENS après avoir passer par Madagascar se retournent vers Mayotte .

  2. Maintenant c’est à la région et à la commune de s’organiser,de faire fonctionner et de surveiller l’hôpital.L’Etat a fait son travail le reste c’est aux anjouanais d’assumer.les îles sont autonomes,privatisez l’hôpital appelez les chinois pour assurer la gestion si vous vous sentez que vous n’êtes pas capables.Vous aimez toujours accuser vous n’aviez pas d’hôpital maintenant vous en avez un, débrouillez-vous vous attendez qui UN SAUVEUR mais c’est vraiment intolérable!

  3. Habib c’est pas de bon sens ce que vous dites. Vous voyez bien que les gens ne volent pas parce qu’ils sont jaloux de Mayotte, vous l’avez dit vous même qu’à Anjouan chez eux, ils n’ont pas hésité à arracher des portes ou des toits d’un hôpital ou d’une administration. C’est donc souvent par nécessité qu’ils vont le faire et surtout parce qu’ils savent qu’il ne va pas y avoir une enquête implacable pour les rechercher. Faut dire qu’à Mayotte, la police n’a pas que ça à faire de rechercher des gens qui ont enlevé des portes, etc. Et à la fin, vous dites espérer que cet hôpital tombe en ruine. Un hôpital il sert à tout le monde (mahorais, malgache, comoriens, etc). Que seriez vous advenu si un accident sérieux vous aurez touché dans la région. Je ne pense que Mayotte aurait dépêché un hélicoptère pour vous rapatrier. Vous êtes pire que les anjouanias que vous attaquez en tout cas par votre mentalité

  4. C’est la politique d’ AZALI qui a donné des instructions de tout faire pour cet Hôpital tombe ruine
    car ce genre d’ hôpital moderne ne devrait pas se trouver à Anjouan ni à Mohéli mais seulement en grand Comore .
    Actuellement , il vient de transférer tous les compétence du port de Mutsamudu vers la Grand Comore .
    Pendant qu’ on parle de la décentralisation , Azali veut tout regrouper à NGAZIDZA .
    Pauvre Anjouan , pitié à mes compatriotes Anjouanais qui soutiennent ce régime .

  5. C’est beau tout ça , mais il faut dire aussi le coté sombre de cette hôpital .
    Etant en vacance à Anjouan l’ année dernière , 3 mois après l’ inauguration de cet hôpital .
    J’ai pris des photos sur l’ aile gauche de cet hôpital , des portes et des lavabos arrachés .
    Je croyais que c’était seulement à Mayotte que cette populations arrivée sur place se permette d’ arracher les tôles de nos habitations pour aller aller construire leurs taudis .
    Ils ont carrement servi en arrachant tous les tôles du stade de Cavani pour aller construire leur bidonvilles sur les hauteurs de Cavani .
    Espérons que d’ ici 3 ans ils resteront que les fondations de cet hôpital .

    • il faut bien preciser l hopital a la quelle tu a vu ces portes et vavabos arraches, parceque toutes les portes et lavabo de cette hopital de bambao sont intactes, sinon tu ment

Répondre à ahmed omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*