Anjouan : quand on trahit, on se tait …

Opinion libre: Quand on mange le porc et qu’on en mange le lard, on se tait, au lieu de s’en vanter dans le voisinage.

Ceux qui s’étaient trouvés aux avant-postes de la lutte pour la défense des intérêts d’Anjouan avec des responsabilités pendant sa révolution et puis ont opté pour des postes sous Azali, devraient faire profil bas.

Certes, la révolution d’Anjouan a connu un échec cuisant dû surtout aux divisions et rivalités des dirigeants et des différentes factions et il sera toujours temps d’en tirer le bilan, mais cela ne peut en aucun cas justifier que ceux qui hier défendaient Anjouan, se mettent aujourd’hui à concourir à sa perte. A moins que ces « défenseurs d’Anjouan » défendaient autre chose qu’un idéal et des idées, et cherchaient seulement à l’époque un moyen de satisfaire leurs propres intérêts.

En 1997, les Anjouanais s’étaient rebellés contre leur situation de domination et d’exploitation par les pouvoirs de Moroni et un système économique injuste et déséquilibré au détriment des îles d’Anjouan et de Mohéli : sous Taki, Ngazidja et Moroni vampirisaient complètement Anjouan, la reléguant au rang de la dernière roue du carrosse, pour tout ce qui est avantages du pays.

Et c’est ce qui se passe encore aujourd’hui depuis que le traitre Sambi a modifié en 2009 la constitution issue des accords de Fomboni du 17 février 2001, ouvrant ainsi la voie à tout voyou qui parvient au pouvoir de l’Union.

Aujourd’hui, ces traîtres osent dire qu’ils sont pour l’Union, signifiant qu’ils tournent le dos aux intérêts d’Anjouan.

Comment peuvent-ils soutenir Azali, s’ils n’avaient complètement sacrifié les intérêts d’Anjouan ? :

Azali n’est-il pas l’ennemi juré d’Anjouan ?

Est-ce qu’Azali soutient Anjouan quand il concocte un plan quinquennal d’investissement qui ne prévoit que 10% du financement pour Anjouan et Mohéli ?

Est-ce qu’Azali soutient Anjouan quand il laisse le grand hôpital de Bambao à l’abandon, sabote celui de Hombo et les financements du port de Mutsamudu, pendant qu’il rançonne les autres îles et rameute les pays amis pour financer son fabuleux hôpital d’El Maarouf et le port en eau profonde de Moroni, sans oublier l’agrandissement de l’aéroport international de Hahaya, alors qu’Anjouan et Mohéli restent complètement enclavés ?

Tout redevient comme sous Taki, l’autonomie n’est plus qu’une illusion entre les mains d’Azali, qui ramasse toutes les recettes et régente le moindre acte administratif par Moroni, sans oublier la répression qu’il abat sur les Anjouanais, aussi bien les vendeurs de Volo-Volo que tous ceux qui osent bouger à Anjouan.

Pire, il se prépare à supprimer le seul acquis du combat des Anjouanais, la tournante présidentielle qui lui a pourtant permis d’arriver au pouvoir, mais qui reste le seul rempart contre toute tentative de s’emparer du pouvoir à vie.

Alors, si vous avez choisi le parti du ventre contre les intérêts d’Anjouan, mangez et taisez-vous, mais ne dites pas que vous n’êtes plus séparatistes ; personne ne vous demande de l’être, mais quand vous soutenez la politique d’Azali et ces projets, alors vous êtes contre les intérêts d’Anjouan, et c’est à Anjouan que vous devez rendre des comptes.

À bas Azali et son Azaliland. !

Vive Anjouan dans la plénitude de ses prérogatives !

Vive l’État souverain d’Anjouan !

La Voix des Anjouanais en colère
Anli Yachourtu JAFFAR

3 commentaires sur Anjouan : quand on trahit, on se tait …

  1. Pauvres Mao et Ahmed Omar,faites la différence entre les actions d’Azali etcelles de Sambi.
    Grace à Sambi,avec l’argent de la citoyenneté économique,le payement des salaires des fonctionnaires et pensions des retraités comoriens est régulier depuis son régime jusqu’au régime d’Azali.Sambi a pu payé les dettes extérieures qui avaient freiné le developpement(l’emergence)des Comores.C’est alors Sambi qui veut l’emergence et la paix du pays.

    Azali a fait un premier mandat avant le régime de Sambi;il a laissé des des dettes extérieures et intérieures(arriérés des salaires des fonctionnaires et des retraités)que Sambi a été obligé de payer.Azali ne peut jamais vouloir l’emergence et donc la paix du pays.C’est l’antagoniste de Sambi;Azali est séparatiste(très régionaliste);par contre Sambi son excellence est un vrai unioniste qui aime toutes les comores et donc les comoriens de toutes les îles comoriens.

  2. Sans le vouloir vous venez de dévoiler votre véritable nature de séparatiste qui se rend compte qu’il vient de perdre son fromage.
    Preuve en est, votre prose haineuse truffé des contrevérités et de références au séparatisme.
    Vous êtes un nostalgique de la tournante. Cette tournante qui a permis à des délinquants de votre espèce de s’enrichir sur le dos du peuple comorien.
    Alors fait toi une raison, et trouve-toi une autre activité au lieu de ressasser matin, midi et soir votre haine.
    Nous savons tous que vous vous étiez préparé depuis longtemps, sous la houlette de votre chef Salami, une fois arrivé au pouvoir grâce la défunte tournante, à saborder l’intégrité territoriale du pays, en renonçant à Mayotte, et en promouvant la haine entre iles.
    Alors je dis Bravo Monsieur le Président, de nous avoir débarrassé de cette clique de cuistres et de prébendiers.
    Cher Ben ali, le peuple Comoriens, anjouannais compris en ont assez de jouer les figurants dans cette tragédie quotidienne que nous vivons depuis l’indépendance.

    Vive les Comores.

  3. Oui M. Anli Yachurtou, vous avez raison mais pas sur tout. Lorsque des anjouanais ont été au pouvoir (notamment M. Sambi, sans parler de feu Ahmed A Abderehemane), vous n’avez pas fait grand chose. Sambi a voulu surtout concentrer les avantages à Mutsamudu et a presque rien donné au lijou

Répondre à ahmed omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*