Anrifidine arrêté et puis relâché

wpid-screenshot_2016-05-09-08-54-02-1.png

Aussitôt arrivé à Anjouan, Dr Djaza et les autres commissaires de la CENI, un plan devait semble-t-il, s’opérer à l’entrepôt des matériaux électoraux, mais les militants du parti Juwa à l’instar d’Anrifidine Mourtadji ont déjoué le coup. Après quelques échanges entre Anrifi et les membres de la CENI, la gendarmerie l’a embarqué.

image

« Anrifi n’a rien dit de grave. Il a juste averti que les plans de Djaza ne marcheront pas cette fois-ci », rapporte un confrère. A la sortie de la gendarmerie, Anrifi refuse de faire le moindre commentaire.

Rencontré à son tour le commandant du groupement de la Gendarmerie, Capitaine Charaf Soufou, a fait savoir qu’ « il n’y a pas grande chose. Mais juste une incompréhension entre les gendarmes et Anrifi » indique-t-il avant de rassurer que « c’est pourquoi on l’a relâché ».

Contacté au téléphone, mais en vain (injoignable), Dr Djaza, président de la CENI n’a pu répondre aux questions de La Gazette, au moment où il se dirigerait vers Bimbini, village victime de saccage de deux bureaux de vote.

Nabil Jaffar /LGDC

1 commentaire sur Anrifidine arrêté et puis relâché

  1. Bjr, nous sommes capables de balayer le updc avec ses militants en 30mnseulement.ils comprennent pas que ikililou est avec nous ? Boléro,ysf idjihad,Moh elhad s.abasse minstr de l,int.la ceni?même si vous comptez la cc ,ils balayé au cimetière avec vous

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*