Anturia Mihidjai, créatrice Nutrizone Food : Sagou entre passion et business

A 30 ans, elle a mis en sourdine ses diplômes d’infirmière et de prothésiste dentaire pour préparer et commercialiser des sagous en poudre. Elle est même partie aux Etats-Unis pour une formation afin de mieux valoriser ce patrimoine alimentaire comorien.

image

« Je ne pourrais pas voir les sagous pourrir dans nos champs alors que d’autres en ont besoin ». Cette phrase résume le point de départ d’une belle histoire d’amour entre Anturia Mihidjai et les sagous. Issue d’une famille d’agriculteurs, cette jeune femme originaire de Dembeni en avait marre de voir pourrir ce fécule alimentaire pourtant très prisés dans le marché.

Après plusieurs années de réflexion, elle a enregistré en 2014 la société Nutrizone Food spécialisée dans les sagous. « Je pars au champs pour cueillir les sagous, les couper, les sécher avant de les broyer, les mettre dans des sachets et les commercialiser dans les supermarchés comoriens », explique celle qui fait tout ce travail à la main .
Pourtant après son bac C, Anturia avait pris un autre trajectoire. A l’université des Comores, l’enfant de la région de Ngouwégué avait suivi une formation et obtenu une Licence en soins infirmiers.

Elle est par la suite parti au Mount Kenya University pour des études de prothésiste dentaire.  » Quand je suis rentrée au pays en sept 2012, j’ai travaillé en tant que pharmacienne à la polyclinique du Croissant Rouge Iranien. Ensuite, je travaille avec des dentistes dans le privé en leurs fabriquant les appareils dentaires sur commande », déclare-t-elle.Mais tout en travaillant dans le domaine médical, elle avait toujours en tête l’idée de lancer son propre business. Une passion pour l’entreprenariat acquis « depuis les études au Kenya », assure-t-elle. Et comme « depuis toute jeune, elle aime la bouillie de sagou », elle a décidé de commercialiser ce produit.
Depuis le lancement de ses activités, sa vie a changé.

Celle qui parle couramment l’anglais et le swahili a obtenu la reconnaissance de la communauté. C’est dans ce sens qu’elle a été sélectionné avec trois autres jeunes comoriennes pour partir aux Etats-Unis dans le cadre du programme initié par Barak Obama qui concerne les Jeunes Leaders africains. « A la Clark Atlanta University, j’ai appris l’entreprenariat et les affaires », indique-t-elle. Des formations qu’elle met en application pour valoriser ce produit alimentaire cher au pays.

Salwa mag

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*