Assemblée de l’Union : La loi sur la sécurité alimentaire expliquée aux acteurs socioéconomiques

imagesDans sa dernière session, l’Assemblée Nationale a adopté une loi sur la législation alimentaire. Cette loi qui consiste à protéger les citoyens en matière d’alimentation était expliquée aux différents acteurs socio-économiques.

Sur une initiative de la vice-présidence en charge de la production, un projet de loi sur la sécurité alimentaire a été soumis aux parlementaires comoriens. Vu l’importance de cette loi dans notre pays, les parlementaires n’ont pas hésité et l’ont adoptée. Un texte sur la législation alimentaire qui a pour but de protéger les consommateurs contre les denrées alimentaires et matériaux au contact des aliments pouvant mettre leur santé en danger.

« Cette loi va permettre aux comoriens d’avoir une alimentation répondant aux normes mais surtout avoir une conviction sur la qualité de notre alimentation », annonce Asnaoui Mohadji, le directeur de l’Institut National de Recherche sur l’Agriculture, la Pêche et l’environnement (INRAPE) lors d’une séance d’explication au palais du peuple.

Parmi les points qui ont poussé la vice-présidence en charge de la production à déposer cette loi est d’assurer la qualité de l’hygiène et la sécurité sanitaire de toute la chaine alimentaire. «On a constaté que la majorité des grands commerçants n’arrivent pas à respecter la chaine du froid et du coup, ils nous vendent des produits avariés. D’où la nécessité de cette loi pour protéger les consommateurs face à ces actes », avance-t-il.

Cette loi sur la sécurité alimentaire a comme objectif aussi de protéger les consommateurs contre les fraudes et les tromperies relatives aux denrées alimentaires. Le directeur de l’INRAPE a précisé que cette stratégie est fréquente dans notre pays pour vendre ces produits. « Des fois, on constate qu’on met des étiquettes qui correspondent au produit en question », précise Asnaoui Mohadji. Les Comores sont devenues un grand pays exportateurs. Cette loi consiste aussi à définir les conditions de contrôle des produits alimentaires locaux, ceux importés et exportés. « Nous voulons à tout prix à protéger les comoriens sur l’alimentation. Que ça soit de l’intérieur ou de l’extérieur », dit-il.

Les députés étaient convaincus que voter cette loi permettrait d’assurer un bel avenir à la santé des comoriens mais surtout sur la sécurité alimentaire. « On n’a pas hésité à adopter cette loi car à nos yeux elle était très importante pour la sécurité alimentaire », lance le député Ahmed Moumine connu sous le nom de Janvier.

Mohamed Youssouf

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*