Assemblée Nationale / Députés de l’Opposition

opp

Lettre ouverte aux membres de la communauté internationale accréditée aux Comores

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Excellences Mesdames et Messieurs les diplomates,

Les évènements du 4 avril 2015 à l’Assemblée de l’Union, que de nombreux observateurs s’accordent à qualifier de coup d’Etat constitutionnel, avec l’intrusion de l’armée dans l’hémicycle, ne semblent pas choquer une partie de la communauté internationale accréditée à Moroni, si l’on en juge par les délégations de diplomates qui se succèdent au Palais de Hamramba. Il ne s’agit pas de visites de médiation dont le but serait de s’informer de ce qui s’est passé à l’Assemblée, car si cela avait été le cas toutes les parties en présence auraient eu le privilège d’être reçues par ces diplomates, mais bien de visites de courtoisies dont le but affiché, en tout cas dans les médias d’Etat confisqués par le pouvoir, est de légitimer l’inacceptable.
En effet, quel message ces visites envoient elles aux comoriens ? Qu’il faut accepter l’intolérable, parce que ce qui inacceptable car illégal et antidémocratique et qui aurait soulevé un immense scandale sous d’autres cieux peut être considéré comme un épiphénomène, un non évènement sous nos cieux tropicaux ?


Suite à ceci, de nombreux comoriens se posent des questions sur la réelle volonté de la « communauté internationale » d’accompagner les Comores sur la voie d’une véritable démocratie et de l’établissement de l’Etat de droit. A quoi cela sert-il de financer des élections si c’est pour assister imperturbablement au détournement de la volonté du peuple voir même de le cautionner ? L’appui à la démocratisation des pays du sud, par les pays développés, serait il une simple façade destinée à donner bonne conscience aux opinions publiques de ces pays ? Où à partir de combien de morts d’homme, la « communauté internationale » commence t-elle à s’émouvoir ?


On va évidemment nous opposer la sempiternelle ritournelle de la « non ingérence dans les affaires intérieures du pays et le devoir de réserve des diplomates », mais du moment qu’un recours a été introduit à la cour constitutionnelle et qu’un arrêt est attendu incessamment, n’est ce pas justement s’ingérer que de donner l’impression que l’on prend position pour une des parties en conflit ? Le droit de réserve n’aurait il pas été, justement, d’attendre que la cour prenne son arrêt avant de se laisser photographier avec le bureau controversé, pour ensuite être affiché, sans aucune protestation, en première page du journal de l’Etat, devenu par la force des choses le journal du Gouvernement ? Par ces visites, certains diplomates semblent accepter de prêter main forte aux efforts du Gouvernement de donner un semblant de crédibilité à un bureau de l’Assemblée dont l’élection est largement controversée.


A quelques mois des élections des Gouverneurs des îles autonomes et du Président de l’Union, après tous les abus constatés lors des dernières élections législatives et communales, l’attitude d’une partie de la communauté internationale ne laisse que très peu d’espoir aux comoriens quant à un sursaut salutaire pour leur garantir des élections transparentes, libres et démocratiques. A eux d’en tirer les conséquences.

 

Pour les députés de l’Opposition Fait à Moroni le 7 mai 2015.

Député Ibrahim Mohamed Soulé

3 commentaires sur Assemblée Nationale / Députés de l’Opposition

  1. ET SI LES COMORIENS SONT PUNIS PAR LEUR MOQUERIE A L’EGARD DE LA RELIGION MUSULMANE.

    Se moquer de l’islam est une monnaie courante chez les autorités comoriennes.

    D’abord tout le monde se demande si elles ne seront pas les braises de l’enfer. Certes, une grande partie d’entre eux furent l’école coranique mais cela ne changera rien de de leur pillage des deniers publics.

    Par ailleurs, si l’on croit aux versets du coran, tous les chefs d’états comoriens doivent être les fagots de l’enfer.

    D’abord, le fait de prêter serment lors de leur prise de fonction explique leur moquerie à l’égard de la religion musulmane, car ils savent qu’ils pourront jamais protéger les biens publics

    Ensuite, ils mentent aux comoriens, pratiquent l’adultère, tout cela est strictement illicite pour un vrai musulman. Or, tout ce qui est contraire à la religion est permis par les chefs d’état comorien. De quel pays nous y sommes?
    Faut-il arrêter de prêter serment sur le coran? Oui car, il est possible que ce serment produise les effets inverses.

    En revanche, En dépit des conséquences néfastes produites par ces serments, les chefs de l’état continuent à prendre à témoin le coran.

    Or, les effets ne tardent pas à émerger. C’est le cas de certaines familles des anciens chefs d’état qui ont des maladies incurables. tout cela est dû à cause des deniers publics. Il s’avère qu’il est préférable de soustraire un bien d’autrui que l’ensemble de la communauté.

    Or, les comoriens notamment les chefs d’état anciens ou nouveaux privilégient ce qui est prohibé par le coran que tout autre chose.

    Imani
    les deniers publics.

  2. Ce n’est pas la 1ère fois ni la dernière fois que l’Armée pénétre dans des lieux interdits aux militaires aux Comores.Le parti JUWA,ne continuez pas à déstabiliser ce petit pays les Comores.S V P .Je croyais que vous aller lutter pour la Tournante à Mayotte……

  3. Les partisants de Sambi, ont la memoire très courte.
    En critiquant l attitude de l ensemble de la communauté internationale, ils oublient que c est cette meme communauté internationale, qui avait fermé les yeux hier, quand ils voulaient que leur chef »SAMBI », se maintiennent au Pouvoir coute que coute, au mepris de toute disposition legale.
    Je suis tres choqué face à cette attitude qui n a qu un but: la destabilisation du pays, pour des fins personnelles et egoistes.
    Quoi qu on en dise, les Comores connaissent une stabilité polique, et nous ne laisserons personne la perturber.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*