Assises sur l’assassinat de l’ancien chef de corps de l’AND : des rebondissements surprenants

Le parquet général a annoncé l’ouverture le 30 octobre prochain, de la session de 2012 de la Cour d’assises. Les dispositions semblent prises pour la tenue des assises a souligné le procureur général Soilih Mahamoud, alias Sako, même si l’on sait que ce garçon est insaisissable et difficile à cerner. Dans un premier temps devant la télévision nationale, , il a fustigé le directeur de cabinet Madi Ali, l’accusant de raconter de la  » salade » lorsque celui-ci a dit que le chef de l’Etat veut que l’audience se tienne vite.

Les rebondissements dans cette affaire sont surprenants et des interrogations et encore des interrogations. La mort brutale qualifiée de naturelle du substitut général Zaidou, censé jouer le rôle d’Avocat général dans cette affaire après le départ organisé de Sako qui a fui ses responsabilités, suscite un débat dans cette affaire truquée dont le principal objectif était de se débarrasser du Général Salimou pour que Sambi se maintienne au pouvoir. Mais ce dernier a payé pour son arrogance et sa soif du pouvoir en livrant le colonel Kadhafi aux rebelles lybiens qui l’ont lynché jusqu’à le faire disparaître de ce monde. La mort de Kadhafi a précipité le départ des mercenaires tchéchènes et libyens dépêchés dans notre pays aux frais de Kadhafi pour maintenir Sambi au pouvoir.

Il Faut rappeler que cette affaire qui aux yeux de la population, le Général Salimou est  » innocent » reste un mystère mais cette fois-ci les comoriens font confiance au jury populaire qui sera tiré au sort pour statuer cette affaire fabriquée en toute pièce pour salir la dignité d’un homme qui a su par son courage et sa force à résister aux injonctions de Sambi. Il est inconcevable qu’un tel montage se fasse par des personnes censées éduquer le peuple et protéger la justice de notre pays. Pendant que la vérité s’approche, des faits surprenants inquiètent le comorien lambda.

La mort du Dr Assad pourtant arrêté et incarcéré dans le cadre de cette affaire a suscité un débat vif qui jusqu’aujourd’hui est d’actualité. La question que l’on se pose à qui le tour avant le 30 octobre quand on sait que les vrais coupables restés jusqu’au jour d’aujourd’hui à l’ombre paniquent et veulent à tout prix faire dissimuler la vérité.

Puisque la mort du juge Zaidou a atteint notre pays il faut rappeler que son collègue Halifa Mohamed paix à son âme, a payé lui aussi pour avoir lu le Droit dans l’affaire Bic-Nicom. Ce dernier à un mois de sa retraite s’est fait radier du corps judiciaire par le président Sambi et en moins de 45 jours, la mort l’a emporté. Un suicide moral programmé. Quant au juge Zaidou paix à son âme, est radié à son tour et a mal digéré cette injustice qu’il ne pardonnera jamais et qu’il a emportée avec lui dans sa tombe. D’autres magistrats se sont faits humiliés et trainer dans la boue et chacun a sa part de haine envers cet homme qui a passé son pouvoir à monter les uns contre les autres et semer la haine dans les cœurs des gens. Quelque soit l’issue des prochaines assises mais il faut le dire et sans se voiler la face, les relations des uns et des autres ne seront pas comme avant. Des cicatrices naîtront dans les cœurs des gens et le seul coupable s’appelle Sambi et devant Dieu nous rendra compte pour ce désordre qu’il a crée dans notre pays.

Le seul qui a compris c’est Sako qui a préféré s’effacer dans ce procès pour se faire une nouvelle virginité, et retourner après pour secouer le parquet de Moroni dans ses dérapages qui restent impunis parce qu’il est mohelien. Comme disait l’autre :  » si j’étais président ».

En attendant le 30 octobre, que Dieu nous épargne le malheur fabriqué par un Sambi aujourd’hui seul devant ses responsabilités.

K.L.H Mirontsi-Anjouan

1 commentaire sur Assises sur l’assassinat de l’ancien chef de corps de l’AND : des rebondissements surprenants

  1. je pense que cet affaire n’est pas facile mais ce que je comprend pas maintenant sambi n’est pas au pouvoir ou est le problème de le juger s’il est coupable arrêtez les gars de dire n’importe quoi qui justifie que salim ne sait pas cet affaire. vous savez bien que au comores ya pas des juges mais ya des gents faim qui donne 20euro est libre ce ça que notre pays n’avancera jamais tans que ya pas des juges. regarder pour cet affaire ya des juges déjà complice de cette affaire ils ont eu leur enveloppe avant que la mort de combo est arrivé.je vous assure que sambi n’a rien avoir dans cette affaire et pour mr salim pas encore fini. suivez bien les interview de mr salim analyse bien ses paroles avant de réagir on doit saisir les juges concernés mais pour quoi on donne pas cet affaire a un autre juge qui n’était pas au pouvoir au moment de la mort de combo. donner cet affaire a un autre juge qui n’a pas eu l’enveloppe.vous aller voir que l’affaire va exploser.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*