Au lycée de Moroni : « Nous sommes prêts à mourir… »

Les enseignants sont actuellement à l’intérieur du lycée de Moroni. Les forces de l’ordre ont bloqué totalement les accès. Personne ne peut entrer ou sortir du lycée Said Mohamed Cheikh de Moroni.

Comme le souligne Halima Ahamada qui se trouve sur les lieux, plus d’une centaine des enseignants se trouvent au Lycée de Moroni pour se lancer à une marche pacifique même si les forces de l’ordre se trouvent déjà au lycée. Mfougouliyé, un enseignant a souligné que  » nous sommes prêts à mourir « .

Le directeur de cabinet du président de la République a appelé le SG de l’intersyndicale des enseignants pour une négociation. Alors une délégation de trois personnes se trouve à la présidence à Beit Salam pour une sortie de crise.

2 commentaires sur Au lycée de Moroni : « Nous sommes prêts à mourir… »

  1. Azali le meurtrier sauvageon d’un peuple discipliné . L’homme elu par défaut , si tu as des couilles , alors montre-les et démissionne !
    Les comores en ont marre , en ont assez de vous .
    Et sache qu’un jour viendra , et l’histoire te jugera.

  2. Les Comores brûlent et les armes à feu pleuvent à Moroni capitale des Comores. Dans ce pays où la vie est plus qu’une catastrophe, connait une crise politique majeure.
    L’ONU cautionne t-elle des assises qui sont les sources de tensions dans un pays livré au chaos ?
    C’est une scène inédite dans un état de droit. Les comoriens vivent dans une guérilla urbaine où les forces de l’ordre chassent la population. La communauté internationale reste sourds face aux exactions perpétrées par le régime du dictateur azali assoumani mougabe. Face à cela, l’ONU va le soutenir le 5 février 2018 pour son projet de modification constitutionnelle macabres. Il est vrai que l’ONU est une coquille vide.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*