Aucun chef d’Etat dans la cérémonie d’investiture d’Azali Assoumani

Pas un chef d’Etat dans la cérémonie l’investiture d’Azali Assoumani.

Une grande première ? Nos aînés nous diront si dans l’histoire récente des Comores il s’est déjà passé une investiture d’un président de la république sans la moindre présence d’un chef d’Etat étranger. En tout cas, cela se produit à ce 26 mai 2019. Le président réélu Azali Assoumani aura à ses côtés un vice-président et des ministres ayant fait le déplacement pour assister à son « intronisation ». Chose assez curieuse quand on sait que lui, Azali, ne manque jamais ou presque à des pareilles cérémonies pour honorer ses homologues.

Houmed Msaidie, directeur de campagne de la mouvance présidentielle essaie de couper court aux mauvaises langues: « Quel chef d’Etat fait le déplacement aux États-Unis, en France ou en Russie pour assister à une investiture ? Cela reste une pratique purement africaine ! », a-t-il tenté de justifier auprès d’Ortega Live la veille de la cérémonie.

Celui qui est pressenti futur porte-parole du prochain gouvernement oublie feint d’ignorer que chaque a ses traditions. Les grandes puissances qu’il a citées ont l’habitude d’inviter les représentant des corps constitués, ceux des représentants des partenaires sociaux, des prix Nobel ainsi que des proches, principalement de la famille et de celle de l’épouse ou époux, c’est selon.

Alors que sous les cocotiers et ailleurs en Afrique nous avons cette habitude d’inviter les chefs d’Etats d’abords ceux de la région puis des pays amis. Ça a toujours été ainsi. Et Azali n’a pas, pas cette fois, dérogé à la règle. Mais, de désistement en désistement, une autre réalité se dessine: les invités de marque tel les présidents malgaches et autres, brilleront surtout par leur absence au cours des cérémonies pour l’investiture d’Azali dont la réélection est plus que contestée.

Azali devra se contenter de la vice-présidente Tanzanienne Samia Suluhu et une délégation ministérielle de la Serbie. Jamais, depuis plus de 40 ans d’indépendance, un président Comorien n’avait été aussi impopulaire à son arrivée au pouvoir. La liste des personnalités présentes pour son investiture en témoigne. Chose encore pire, aucun des deux anciens chefs d’Etat comoriens en vie n’assistera à la cérémonie. Sambi est en résidence surveillée depuis maintenant une dizaine de mois tandis que Ikililou est tout simplement interdit de quitter l’île de Moheli (la cérémonie a lieu à Ngazidja). Chapeau l’artiste !

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*